Jeux universitaires : les premières leçons

 Le Pr Idrissou Alioum, recteur de l’université de Maroua et superviseur technique a fait le point du déroulement des compétitions face à la presse mercredi.

«Nous sommes extrêmement satisfaits, que ce soit au niveau du déroulement des compétitions, que ce soit au niveau de la participation de l’université de Maroua ».

Ces propos sont ceux du Pr Idrissou Alioum, recteur de l’université de Maroua, par ailleurs superviseur technique des 21es Jeux universitaires qui s’achèvent ce vendredi dans la capitale de « la plus belle des régions du Cameroun ».

C’était au cours d’une rencontre organisée avec la presse le 9 mai 2018 dans la salle des actes du rectorat sis au campus de Kongola-Djoulgouf-Kodek. Pour le recteur, toutes les commissions mises en place dans le cadre de l’organisation de ces Jeux ont su mouiller le maillot.

Le transport, la couverture médicale, l’animation, le bénévolat, la sécurité…l’activité de chaque commission a été appréciée. « Les points critiques qui pourraient constituer le talon d’Achille de toutes les activités en rapport avec les jeux universitaires, à savoir l’hébergement et la restauration ont été gérés de manière appréciable», a relevé le Pr Idrissou Alioum.

Les compétitions se sont déroulées sur un format éclaté ; précisément sur le site de Kongola-Djougouf-Kodek, au campus de Wouro-Tchédé précisément au lieu-dit Collège de l’Espoir, au complexe sportif de Domayo et au complexe sportif de Kalyao.

Pour le recteur, cette multiplicité des sites de compétition était une manière de faire participer le public à cette fête sportive et magnifier ainsi le vivre ensemble. A ceux qui se ne s’intéressaient qu’aux

ontreperformances des athlètes de l’université hôte, le recteur de l’université de Maroua a tenu à lever l’équivoque :  « Nous avons exigé d’eux, non pas forcément à toutes les victoires, mais nous leur avons demandé forcément et à tous les prix de conserver, de véhiculer les valeurs de l’université de Maroua, des valeurs de l’hospitalité,  les valeurs de solidarité, et également les valeurs de fair-play ».

Il a tenu à remercier le chef de l’Etat qui, à travers son « très haut accord » du 30 octobre 2017 a autorisé que ces Jeux se tiennent à Maroua. « Le pari de tenir ces jeux apparaissait pour nous comme la matérialisation de cette haute décision du chef de l’Etat », a tenu à préciser le Pr Idrissou Alioum , visiblement satisfait de l’organisation.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie