Transport ferroviaire: de nouvelles locomotives en vue

 Le Comifer réuni en sa 29e session mardi dernier à Yaoundé a examiné les pistes pour la modernisation du réseau ferré national

Le spectre de la catastrophe ferroviaire d’Eséka ainsi que les nombreux déraillements de trains dédiés au fret continuent de planer sur le ciel du secteur, impactant négativement les prestations de transport ferroviaire.

Même si des mesures ont été prises pour l’accélération du processus de redynamisation du secteur ferroviaire, des échelons restent encore à gravir pour franchir le palier de la modernisation.

C’est donc par une sensibilisation, sur fond d’interpellation, que le ministre des Transports (Mint), Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, a ouvert la 29e session du Comité interministériel des infrastructures ferroviaires (Comifer).

En sa qualité de président du Comifer, il a instruit en guise de stratégie, la mise en œuvre efficace de toutes les actions concourant à l’amélioration de la capacité du réseau ferré national en vue d’une meilleure offre de transport par rail.

Aussi, a-t-il recommandé aux membres du Comifer de garder un œil vigilant sur les préoccupations de modernisation des équipements ferroviaires.

Les travaux menés à huis clos ont justement été orientés sur le sujet avec en prime, le projet d’acquisition de nouvelles locomotives. « Les négociations y relatives sont en cours, et les discussions avec l’entreprise General Electric se poursuivent. Les locomotives seront disponibles très prochainement », a déclaré Irène Edou Menguele, directrice des transports ferroviaires, à l’issue des travaux.

L’indemnisation des victimes de l’accident ferroviaire d’Eseka a constitué l’un des points saillants des échanges. A en croire Irène Edou Menguele, il en ressort que le processus suit son cours normal. Le Comifer s’est aussi penché sur l’état préoccupant du chemin de fer de la région de l’Ouest, eu égard à l’état de détérioration très avancée qu’il affiche.

Aux dire de la directrice des transports ferroviaires, des études s’avèrent nécessaires et à ce jour, seul le tronçon Mbanga-Kumba est en exploitation. Bonne nouvelle : les institutions financières sont prêtes à accompagner le Cameroun dans les travaux de renouvellement de cette voie ferrée.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie