Construction des infrastructures sanitaires: pression sur les entreprises impliquées

 Le secrétaire d’Etat à la Santé publique a fait, lundi dernier, les tours de différents chantiers à Garoua.

A quelques mois du délai de la clôture de financement du projet de réhabilitation et de construction des structures sanitaires au Cameroun, dans le cadre du programme conjoint ministère de la Santé publique (Minsanté), Agence française de Développement (Afd) et la Banque de développement allemande (Kfw), qui vise l’amélioration de la gouvernance du système de santé ainsi que l’accessibilité et la qualité de l’offre de soins, c’est le branle-bas partout. Les acteurs impliqués dans ce programme s’activent pour respecter les délais prescrits dans les cahiers de charge.

Lundi dernier, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Santé publique chargé des épidémies et des pandémies, Alim Garga Hayatou, a aussi effectué le déplacement de Garoua, pour s’enquérir de l’avancée des travaux sur le terrain. Il s’est notamment rendu tour à tour à Lagdo, Badjengo et Nankong, dans le département de la Bénoué.

A Lagdo, une localité située à une soixantaine de kilomètres de Garoua, le Secrétaire d’Etat s’est arrêté au Centre de santé intégré de Djipporde et à l’Hôpital de district de Lagdo, deux formations sanitaires qui ont bénéficié de ce programme. Dans ces chantiers, l’on a remarqué que certains travaux sont déjà livrés et d’autres en phase de finition.

A Nankong, un village situé à 15 Km de Garoua, Alim Garga Hayatou a visité également le centre de santé intégré de cette localité où il s’est dégagé le même constat qu’à Lagdo. Par contre à Badjengo, localité située à 20 Km de Garoua, sur la route nationale N°1, les choses semblent ne pas évoluer de ce côté-là, selon le constat du Secrétaire d’Etat.

En effet, l’entreprise adjudicataire traine encore le pas. Et l’on craint que les travaux dans ce chantier ne soient livrés à temps. D’où le courroux du membre du gouvernement, qui n’est pas allé par quatre chemins pour exprimer son exaspération.

Hier en matinée, une réunion interrégionale de suivi physico financier des chantiers financés par le programme conjoint s’est tenue à Garoua, en présence de toutes les parties. Il ressort de cette concertation que les entreprises défaillantes doivent être déchues et sanctionnées.

Ce matin encore, une autre réunion de débriefing est programmée dans la salle de conférence de la délégation régionale de la Santé publique pour le Nord
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie