L’identité, oui. L’Unité, absolument

Alors que l’un des moments les plus solennels de l’année se profile, la fête de l’Unité, on ne peut s’empêcher de revisiter la situation particulière qui prévaut à l’Extrême-nord et à l’Ouest du pays. A l’Extrême-Nord, le Boko Haram, aujourd’hui, estropié et exsangue, croyait pouvoir instaurer un sanctuaire islamiste, qui régirait aussi bien la cité que les consciences.

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

Un véritable affront, dans un pays aussi ouvert que le nôtre, où la liberté de culte et la tolérance religieuse sont elles-mêmes sacralisées. Au Sud-ouest et au Nord-ouest, les sécessionnistes depuis de longs mois, dédaignent les réformes systémiques proposées par le gouvernement, suite aux revendications des avocats et des enseignants. Ils optent pour la violence et le défi à l’autorité, dans la crainte de voir leur singularité se fondre dans la République. C’est du moins la raison officielle de cet irrédentisme.

Read also : Développement de la sous-région : on reparle du financement des projets intégrateurs

Dans un cas comme dans l’autre, ces postures insoutenables quel que soit le prisme de lecture, imposent aux populations des violences et des contraintes injustifiées et portent atteinte à leurs droits fondamentaux : droit d’aller à l’école, de voyager, de mener ses activités commerciales, de vivre en paix. En ce sens, elles sont attentatoires à leur liberté même et subtilement destructrices pour la cohésion sociale, et le vivre-ensemble.

Read also : Loi de finances 2021 : de grandes innovations fiscalo-douanières

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category