Allégations de l’ambassadeur des Etats-Unis : tollé général

Au lendemain de la publication du communiqué du ministre des Relations extérieures, relatif à la sortie de l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique sur le Cameroun en fin de semaine dernière, ils sont nombreux aujourd’hui tant dans la classe politique qu’au sein de la société civile qui tiennent à appeler au respect des institutions du pays et de celui qui les incarne au plus haut niveau, le président de la République.

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

Comme un seul homme, ils font écho à cette sortie du ministre Lejeune Mbella Mbella qui a tenu à rappeler à recadrer  qui, au mépris des dispositions de l’article 41, alinéa 1 de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques, ratifiée par le Cameroun et les Etats-Unis d’Amérique, a donc passé outre ces règles qui régissent le fonctionnement des relations diplomatiques entre les Etats.

Read also : Développement de la sous-région : on reparle du financement des projets intégrateurs

Il convient de relever que les dispositions sus-évoquées précisent que  « Sans préjudice de leurs privilèges et immunités (dus aux diplomates, Ndlr), toutes les personnes qui bénéficient de ces privilèges et immunités ont le devoir de respecter les lois et règlements de l’Etat accréditaire.

Read also : Loi de finances 2021 : de grandes innovations fiscalo-douanières

Elles ont également le devoir de ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures de cet Etat ». Les Camerounais, de divers horizons, dans les réactions qui suivent, tiennent donc à appeler au respect de ces principes et règles qui régissent les rapports entre notre pays et ses partenaires extérieurs, de même qu’ils entendent réaffirmer leur primauté dans le choix de leurs dirigeants.

Read also : Mise en place des exécutifs régionaux : le jour-j

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category