Corruption au Kenya: Uhuru Kenyatta lance la croisade

 Le président de la République entend combattre ce fléau et promet de récupérer les fonds détournés.

Les Kenyans sont sortis hier par milliers dans les rues de Nairobi pour manifester devant la Cour suprême et le Parlement contre la corruption. L’appel à manifester lancé la veille via les réseaux sociaux par de nombreuses associations de la société civile intervient après une sortie du chef de l’Etat kényan qui, dans un communiqué, a lancé une guerre sans merci contre ce fléau qui touche tous les secteurs du pays.

«Nous n’aurons pas de pitié pour les voleurs, leurs jours sont comptés […]. Ils seront poursuivis et emprisonnés. […] Nous allons récupérer l’argent», a déclaré Uhuru Kenyatta.

Le courroux du président kényan fait suite à la découverte d’un vaste scandale de détournement de plus de 68 millions d’euros, plus de 44,5 milliards de F,  des caisses du Service national de la jeunesse (NYS), une agence chargé de donner une formation militaire à la jeunesse.

Lundi dernier, la justice kényane avait annoncé des poursuites contre 54 personnes soupçonnées de paiements fictifs ou de factures gonflées. Vingt-quatre d’entre elles, dont le directeur de cette structure, Richard Ndubai, ainsi que Lilian Omollo, la plus haute fonctionnaire du ministère de la Jeunesse, ont été inculpées mardi devant un tribunal de la capitale. Trente autres suspects avaient jusqu’à hier soir pour se présenter aux autorités pour besoin d’enquêtes.

Une action qui n’a pas laissé indifférent le corps diplomatique accrédité dans le pays. Dix-huit ambassadeurs occidentaux en mission au Kenya ont salué dans une déclaration commune les poursuites ouvertes contre les personnes incriminées.  «Cela fait longtemps que la corruption entrave la prospérité, la sécurité et la démocratie kényanes.

Il s’agit tout simplement de vol commis contre le peuple kényan», déclare le communiqué conjoint. Doté d’un budget d’environ 215 millions d’euros, plus de 140 milliards de F, le NYS commence déjà à habituer l’opinion de scandales de corruption. En 2015, un premier scandale a éclaté après le vol de 7 millions de dollars, environ 3,5 milliards de F. Malheureusement, les poursuites n’ont conduit à aucune condamnation.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie