Pad/douanes: synergie prometteuse

La concertation permanente mise sur pied entre les deux structures permettra de résoudre de nombreux problèmes latents.

Une nouvelle ère de collaboration s’est ouverte le 28 mai 2018 entre le Port autonome de Douala (Pad) et la Douane camerounaise. Les directeurs généraux de ces deux entités Cyrus Ngo’o pour le Pad et Fondog Edwin Nuvaga pour la Douane – en présence de leurs tutelles respectives, le ministre des Finances Louis-Paul Motaze et le ministre des Transports, Jean-Ernest Massena Ngalle Bibehe – ont signé l’accord conjoint de concertation  permanente. C’est la consécration d’une initiative prise par les deux structures pour, de manière concertée, gérer les questions de fluidité et de compétitivité du port de Douala.

En outre, l’accord vise à évaluer l’impact sur le commerce extérieur pré et post dédouanement, des problèmes liés aux infrastructures et superstructures, ainsi que ceux inhérents aux procédures et à l’organisation du travail des intervenants portuaires.

Cyrus Ngo’o a d’ailleurs relevé que depuis 1980, sur le plan des infrastructures, il n’y a pas eu d’investissements majeurs pour accroître les capacités d’accueil des navires et de traitement de marchandises. A cela s’est ajouté l’envahissement de certains quais par des épaves de navires, l’ensablement des plans d’eau, des pieds de quai, l’occupation anarchique du domaine public portuaire et la dilapidation des actifs immobiliers du Pad, etc.

La bonne collaboration et la concertation permanente que les deux entités ont mises en route apparaissent donc comme une solution adaptée et conjoncturelle qui va permettre d’assurer, de manière acceptable, le transit des marchandises, autant à l’export qu’à l’import, a précisé le Dg du Pad.

Toujours selon lui, les mesures de facilitation prises par le Dg de la Douane, en synergie avec les autres acteurs portuaires, ont permis de rétablir rapidement la fluidité dans les opérations de transit des marchandises à l’export, et de résoudre les difficultés qu’a connues le port au cours du premier trimestre 2018 sur les mêmes marchandises. Cyrus Ngo’o a ajouté :

« La concertation permanente entre nos deux structures va permettre de  résoudre de nombreux problèmes latents».

La compétitivité du port et sa fluidité étant des priorités, de nombreux projets ont été annoncés par le Dg du Pad. Notamment, l’enlèvement des épaves de navires, l’acquisition cette année d’une nouvelle drague aspiratrice de 3000 m3, l’accroissement des capacités d’accueil, la construction en cours, en zone aval du port, pour la fluidification du trafic, d’une route de 4,5 km, avec éclairage public et réseaux divers, et la construction d’une voie rapide en 2019 de près de 5km.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie