Baccalauréat 2018: le satisfecit de l’OBC

La visite effectuée par les responsables de l’institution a permis de constater que l’examen s’est déroulé sans aucun incident dans le Littoral samedi dernier.

Des effluves de mets qui embaument l’enceinte du lycée bilingue d’Ebone dans le département du Moungo. L’établissement scolaire, sous-centre du baccalauréat général, s’est transformé samedi dernier en restaurant pour les uns et en exposition de peinture pour les autres dans le cadre de la première partie des épreuves facultatives. « Je viens d’achever mon dessin avec pour thème la désertification.

A travers cette œuvre d’art, je veux sensibiliser la population sur la préservation de l’environnement », confie Léonel Tafo Kayo de la Terminale D. Tout à côté, Inès Magne Ghomsi, élève de la même  classe vient d’achever sa cuisson.

« L’éducation ménagère a toujours été une passion. C’est ce qui justifie mon choix », assure la candidate. Après cette première étape, il faut passer à la seconde.

Dans le laboratoire de physique-chimie dudit établissement, Carl Regis Bala Kemote, animateur pédagogique de physique-chimie et technologie règle les derniers détails avec pour guide la fiche de l’examinateur.

« Il vont réaliser un pendule et il y a un protocole à suivre pour y parvenir. Les sujets viennent avec les barèmes », explique l’enseignant. Dans le cadre des travaux pratiques, ils sont 16 candidats à avoir opté pour cette filière.

Au Lycée bilingue de Nkongsamba comme au Lycée de Manengouba, l’ambiance est tout aussi studieuse. Les candidats sont engagés chacun dans son domaine de prédilection. Les épreuves étant facultatives, chacun y va de son génie.

Pour le délégué départemental des Enseignements secondaires du Moungo, Guillaume Ernest Edjang Njenji, représentant le directeur de l’Office du baccalauréat du Cameroun qu’accompagnait Urbain d’Assise Mvoula, responsable de la communication de l’OBC, c’est la satisfaction.

« Les épreuves de la session 2018 se sont bien déroulées dans les 13 sous-centres. Il n’y a eu aucun incident. Le Minesec et l’OBC ont travaillé en synergie d’actions pour que les maillons de la chaîne soient dans de bonnes conditions. Les cas d’absence et d’omission rentrent dans le processus normal de tout examen », a-t-il expliqué.

A Douala, l’équipe  conduite par Samuel Dechamfort Nsongan, chef de la division des examens à l’OBC a effectué vendredi dernier le tour dans différents sous-centres d’examen.

Du lycée Joss de Bonanjo, au  Lycée technique de Koumassi en passant par le Collège Les Dauphines, jusqu’au lycée de la Cité des Palmiers, malgré quelques cas d’absences, d’abandon et d’omission des noms sur les listes, les candidats ont affronté leur examens dans la sérénité et le calme.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie