Au-delà de la poésie

« Les fleurs n’effleurent plus midi » de  Daouda Mbouobouo est une œuvre dédiée aux valeurs humaines.

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

L’écriture a ses raisons que la poésie ignore.  «Les fleurs n’effleurent plus midi », œuvre de poésie au programme dans les établissements d’enseignement secondaire, est un cri de cœur de son auteur, Daouda Mbouobouo, juriste de formation, passionné de l’écriture qui explore plusieurs genres littéraires.

Read also : Barrage de Nachtigal : la sérénité de retour

Membre du Panthéon universel de la poésie dont il est délégué pour le Cameroun, Daouda Mbouobouo est auteur de plusieurs œuvres parmi lesquelles « Vivre dans le noir », « Le fossé des baobabs », entre autres. Intellectuel avéré, il remporta en 2012 le prix international Guillaume Apollinaire des Jeux Floraux du Béarn. 

Read also : Elite One: Retrouvailles Canon -Tonnerre

« Les fleurs n’effleurent plus midi », comme le dit le langage moderne, a été validée par l’éminente poète,  Johanne Hauber-Bieth, présidente-fondatrice du Panthéon universel de la poésie en France. Le bouquin de 82 pages, aborde plusieurs thèmes parmi lesquels, l’amour, le respect, l’humanisme, l’éducation, la culture, entre autres. Des thèmes peints en grande partie dans cette production littéraire.

Read also : Formations dispensées à l’étranger; 17 faux diplômes, 23 rejets

A travers les jeux de mots, l’auteur met en exergue les valeurs de son environnement social, s’inspirant des réalités vécues de part et d’autre. De la finesse des mots en passant par  la teneur des paroles, le profond désir de Daouda Mbouobouo est de promouvoir les valeurs humaines. « Je suis l’homme. Homme dans sa plénitude », comme il l’a exprimé dans le texte de « Suarez Rodriguez ».

Read also : Campagne cacaoculture 2020-2022: 4 millions de plants disponibles

L’auteur Daouda Mbouobouo, loin d’être une bouteille jetée à la mer, n’a pas cessé de vanter ses origines dans sa publication. Africain, Camerounais et digne fils de Foumban, il laisse voir son attachement et son amour, manifeste pour ses origines dans les titres tels que « Nsam », « cri du tam-tam (Dom) »,

Read also : Council Police: Decentralisation Minister Puts Order

« Foumban », « Cameroun (50 ans après…) » « Réunification ». L’œuvre est un ensemble d’une vingtaine de textes riches pour la culture. Expression de la poésie moderne, les lecteurs trouveront sans doute du plaisir dans la lecture de cet ouvrage, mais surtout un plus, pour leur culture générale.

Read also : Vaccin contre le Covid-19: Les éclairages du gouvernement

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category