Lutte contre les changements climatiques: on est passé à l’action

Le Cameroun a entre autres mis sur pied un système d’inventaire des gaz à effet de serre et un observatoire national. Le sujet était au centre d’une conférence-débat vendredi à Yaoundé.

Bien que le Cameroun émette très peu des gaz à effet de serre,  il n’en subit pas moins les conséquences, notamment l’absorption de carbone.Lors de la Cop 21 à Paris en 2015, le Cameroun, comme d’autres pays, a pris un certain nombre d’engagements allant dans le sens de la préservation de la nature.

Les contours de ces actions ont été débattus vendredi dernier lors d’une conférence à l’Agence française de développement (Afd) à Yaoundé sur le thème :

« Le Cameroun face aux défis du changement climatique : quel bilan des actions d’adaptation et d’atténuation dans les secteurs de l’Afrique et de l’énergie depuis l’accord de Paris de 2015 ? Quelles implications pour les citoyens ».

Selon Timothée Kagonbe, sous-directeur du Monitoring écologique et du Suivi du climat au ministère en charge de l’Environnement, des avancées notables ont été amorcées par le Cameroun.

Pour un début, le pays a décidé de diminuer de 32% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2035 dont 11% supportés par lui. Le Cameroun a par ailleurs mis sur pied un système d’inventaire de gaz à effet de serre avec l’appui financier et technique de la Belgique.

Dans la même lancée, le pays a levé 80  millions de F pour l’achat des équipements et outils liés à ce système. L’on note également la formation et la sensibilisation des employés des différentes administrations pour une meilleure imprégnation dudit système, ainsi que la mise sur pied d’une trentaine de projets évalués, selon Timothée Kagonbe, à 27 mille milliards de F pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Sans parler de l’opérationnalisation de l’Observatoire national sur les changements climatiques (ONACC) qui sert à la production des calendriers agricoles, des informations météorologiques.

Pour Christian Yoka, directeur de l’AFD et co-organisateur de cette conférence avec Pierre Kam, président de l’Association des anciens stagiaires, séminaristes, auditeurs camerounais du Centre d’études financières économiques et bancaires (Assac-Cefeb), cela fait 10 ans que l’Agence accompagne le Cameroun dans cette lutte.

« 100%  de nos projets devraient être compatibles avec les engagements pris à la Cop 21. On voit que le pays s’implique e prend un certain nombre d’engagement », se réjouit-il.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie