«On constate que rien n’est impossible»

  Pr Joseph Vincent Ntuda Ebodé, Géostratège et directeur du Centre de recherches d’études politiques et stratégiques (CREPS) à l'université de Yaoundé II-Soa.

Quelles leçons peut-on tirer du sommet historique Donald Trump-Kim Jong-un à Singapour?

On peut tirer plusieurs leçons en fonction de l’angle qu’on veut développer. Mais, grosso modo on constate que rien n’est impossible. Cela ramène à dire que les déclarations politiques n’empêchent pas les négociations diplomatiques. La politique est ainsi faite : il y a un monde de déclarations, il y a un monde de silence. Silence ne signifie pas que rien ne se passe, sinon le sommet n’aurait pas eu lieu à la suite des déclarations des uns et des autres. La deuxième chose, c’est qu’on comprend que si le sommet a eu lieu de manière plus ou moins inattendue, c’est que la paix dans cette sous-région du monde tient à cœur plusieurs acteurs. Ici ce n’est plus seulement une affaire entre la Corée du nord et les Etats-Unis, mais aussi une affaire du Japon, de la Corée du sud, de la Chine et après les autres. Parce que cet espace fait partie des zones les plus peuplées, les plus développées et les zones importantes de transit des marchandises du monde. Personne n’a donc intérêt à ce qu’il y ait une guerre dans cette partie du monde. La troisième leçon qu’on pourrait tirer est que nous venons de vivre là le début ou le commencement d’une autre partie de la guerre froide. Parce qu’il faut quand même comprendre que la Corée du nord est une partie de la Corée du sud ou la Corée du sud est une partie de la Corée du nord comme ce fut le cas de l’Allemagne en d’autres temps. On peut donc dire que c’est comme si le mur allait tomber. Après la rencontre entre les présidents Donald Trump et Kim Jong-un, rien normalement n’empêche plus que les présidents coréens entament des négociations pour aller dans le même sens. La principale leçon à tirer est que les relations internationales ont des ruses.

Les deux leaders ont signé un accord commun dans lequel le président nord-coréen s’engage à une dénucléarisation complète de son pays, alors que son homologue américain  s’engage à garantir la sécurité de la Corée du Nord. Quelles peuvent bien être les implications de ces engagements?

Cela implique que la Corée du nord et la Corée du sud vont se rapprocher. Cela implique aussi que la Corée du nord va se rapprocher du Japon, mais aussi de la Chine dans la perspective où personne n’aura plus peur. Toute cette politique est mise en œuvre. Mais, cela signifie aussi que les Etats-Unis étendent leur emprise dans cette zone du Pacifique où ne restait donc plus comme véritable adversaire que la Corée du nord. Comme on le sait, à la date d’aujourd’hui, les Etats-Unis et la Chine ont certes des différences sur le plan politique, mais plus jamais sur le plan économique. La Chine est déjà un allié américain. Le seul pays dans le Pacifique qui restait véritablement un ennemi pour les Etats-Unis parce que ce pays représentait aussi une menace pour les intérêts de leurs alliés dont le Japon et la Corée du Sud, vient d’accepter la collaboration avec les Etats-Unis. On peut donc s’attendre à une paix durable tout au moins au niveau des déclarations, mais aussi au niveau des comportements si cette politique est mise en œuvre et on comprend que la Corée du nord veut tout simplement la garantie qu’elle ne sera pas attaquée un jour par une autre puissance. C’est-à-dire qu’en réalité, le développement du nucléaire qui était en cours n’était pas pour elle une question de vie ou de mort, mais plutôt un message envoyé aux partenaires de ses voisins. Comme ils semblent avoir compris ce message, c’est pourquoi la négociation a été entamée.


De nombreux observateurs entrevoient de plus en plus une réunification des deux Corées. Qu’en pensez-vous ?


 Il y a eu quelques héritages de la guerre froide qui sont l’affaire de Cuba et de la Corée du Nord. La guerre froide s’est terminée en Europe par la réunification des deux Allemagnes. L’Allemagne a été divisée lors de la guerre froide au même moment que la Corée. On peut donc considérer qu’à partir du moment où il y a une politique d’ouverture de la Corée du nord vis-à-vis du principal allié militaire, économique et stratégique que sont les Etats-Unis dans cette zone, un rapprochement est possible entre les deux Corées. Rien n’empêche plus à partir du moment où les Américains enlèvent leur veto que les deux pays se réunissent puisque tout au long des années 80-90, il y a eu des manifestations demandant la réunification des deux pays. Les opinions publiques des deux pays sont favorables. Ce n’était qu’au niveau des élites politiques qu’il y avait une réserve.

Quelles peuvent être les conséquences de ce dégel sur l’Afrique?

Il peut avoir plusieurs conséquences en fonction des grands domaines de la politique internationale. Du point de vue économique, on peut considérer qu’un nouveau marché s’ouvre. Puisque, comme vous le savez, qui voulait faire les affaires de manière assez intense avec la Corée du nord, ne devait plus les faire avec la Corée du sud, était vue d’un mauvais œil par les Américains et les Japonais. A partir du moment où la hache de guerre est enterrée ou déterrée, cela ouvre des opportunités en matière économique. Du point de vue politique, on peut nouer des relations diplomatiques avec les deux pays sans que cela soulève des questionnements dans le camp des Occidentaux. Dans l’hypothèse où les deux pays reviendraient à s’unir, cela va faire un poids important pour la diplomatie mondiale tout au moins dans la sous-région. Il y a également des opportunités du point de vue stratégique puisqu’à partir du moment où la zone est pacifiée, la Corée du nord peut aussi vendre ses armes à qui elle veut comme la Corée du sud, le Japon et la Chine peuvent le faire sans que cela soit vu comme une menace par les partenaires occidentaux.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie