« Ce sera difficile pour les pays africains »

Minkreo Birwe, entraîneur de football.

A quelques heures de l’ouverture de la coupe du monde Russie 2018, quelles sont les nations les plus attendues au cours de cette compétition ?

Les équipes comme l’Allemagne, le Brésil, l’Argentine, l’Espagne sont celles qui, depuis cette dernière décennie, participent au sprint final. Elles sont constantes en termes de rendement et de performances. Il ne sera pas surprenant de les voir dans le dernier carré. A côté, on trouve des pays tels que la Belgique, la France, l’Angleterre et dans une moindre mesure, la Colombie. Cette dernière est en nette progression avec une génération de jeunes joueurs très talentueux.

Pourra-t-on véritablement s’attendre à un bouleversement de la hiérarchie du football mondial ?

Non, je ne le pense pas. Pour moi, cette coupe du monde sera à l’image des grands championnats européens. On peut s’attendre à quelques surprises, mais elles seront à mon avis, de moindre intensité. Bien que le football soit en constante mutation, on retrouve paradoxalement toujours les mêmes puissances dans le peloton de tête. 

En termes d’innovations, on va assister à l’entrée en jeu de l’arbitrage vidéo. La magie de la coupe du monde est-elle pour autant en péril ?

L’arbitrage vidéo est une bonne chose. Il viendra minimiser les erreurs du corps arbitral qui ont par le passé, de façon consciente ou non, faussé certains résultats. L’avantage sera tout au moins au niveau de l’équité et de la justice. D’un autre côté, l’arbitrage vidéo va casser la dynamique du jeu. On va interrompre des actions de jeu, sans oublier le suspense lié à la consultation des images. 

Les cinq représentants du continent disposent-ils d’arguments sérieux pour faire sensation ?

Nos cinq ambassadeurs que sont le Nigeria, la Tunisie, le Maroc, le Sénégal et l’Egypte sont les meilleurs du moment. Toutefois, comparés à nos représentants lors des deux dernières éditions de la coupe du monde, ils sont moins aguerris. Ce sera donc difficile. Dans les différents groupes, la réalité du terrain pourrait être tout autre. Nos représentants ne devraient pas se mettre la pression de jouer les premiers rôles. Il serait judicieux pour eux d’aller en position d’outsider ou de petit poucet pour pouvoir créer la surprise. Ce serait déjà un exploit si ces équipes parvenaient à traverser le premier tour. Une éventualité qui est à la portée de l’Egypte qui est logée un groupe A et dans une moindre mesure, le Sénégal dans le groupe H.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie