Conseil national de la consommation: le travail a commencé

Cette instance consultative a tenu hier à Yaoundé sa première session ordinaire, deux ans après sa création.

Depuis sa création en 2016, le Conseil national de la consommation (Cnc) n’a jamais tenu de session. Hier donc, quelques mois après sa nomination au poste de présidente de cette structure, Jacqueline Koa a convoqué la toute première session ordinaire de l’instance. Une manière de rendre opérationnel cet organe. Et déjà, les membres ont pris connaissance des plans d’action pour 2018 et 2019.

« Le conseil devra mettre sur pied cette plateforme de discussion, de négociation, entre les pouvoirs publics d’une part, les organisations patronales et les associations de protection des droits de consommateurs d’autre part. Cette plateforme portera des actions de plaidoyer pour la défense des intérêts des consommateurs et la responsabilisation des auprès des entreprises», a indiqué Jacqueline Koa avant de lancer officiellement les travaux.

Il est concrètement question de mener des activités de formation, d’information, d’échanges et aussi d’identification des associations de défense des droits des consommateurs. 

Hier justement, quelques-unes étaient déjà assises autour de la table. Elles espèrent avec le Cnc une collaboration fructueuse. « Nous attendons de cet organe qu’il réalise ses missions c’est-à-dire d’organiser des concertations entre les consommateurs et, les entreprises afin de porter nos préoccupations.

Il s’agit d’un organe consultatif qui n’est pas décisionnel. Nous émettons des avis et nous pensons qu’elle va œuvrer  pour un meilleur encadrement des associations de consommateurs », indique Paul Missi Loumou, président des consommateurs associés du Cameroun (Cac).

Pour lui, il est aussi question de mettre de l’ordre car il n’existe pas encore une véritable culture de la protection du consommateur.

 

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie