Protection des enfants: le plaidoyer des députés juniors

 Les jeunes parlementaires ont plaidé samedi à l’hémicycle de Ngoa-Ekellé en faveur d’une meilleure défense de cette couche vulnérable de la population.

Réunis samedi dernier à Yaoundé à l’occasion de la célébration de la 28e édition de la Journée de l’enfant africain, les députés juniors n’ont pas fait dans la langue de bois.

D’une seule voix, les jeunes parlementaires se sont montrés unanimes et incisifs en faveur d’un mieux-être et du respect des droits fondamentaux de tous les enfants.

En phase avec le thème de la commémoration qui voudrait qu’« aucun enfant ne doit être laissé-pour-compte pour le développement de l’Afrique », ils ont interpellé les décideurs à accorder encore un peu plus d’attention au sort des enfants.

Présidée par Cavaye Yeguie Djibril, président de l’Assemblée nationale, la 20e session du Parlement des enfants est un moment d’échanges sur les questions d’actualité entre ces derniers et le gouvernement, conduit par le Premier ministre, Philemon Yang. Témoin de ces échanges, Jacques Boyer, représentant du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). Avec pour thème :

« Lutte contre l’inadaptation sociale des jeunes : une responsabilité partagée », cette session a donné l’occasion aux jeunes d’implorer l’intervention des pouvoirs publics dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où une crise sociopolitique entraîne l’instabilité et l’insécurité des familles, avec des conséquences néfastes sur les enfants.

Dans le jeu de questions-réponses, l’honorable Vivian Porel Nkouanang Kepseu, 14 ans, de la région du Sud, pertinent à souhait, a interpellé le ministre de la Communication, sur  l’épineux problème de dérives observées dans certaines chaînes de télévision.

«Quelles sont les mesures prises par votre département ministériel pour préserver les enfants de ces images susceptibles d’entraîner des traumatismes, voire les conduire aux déviances sans toutefois porter atteinte à leur droit à l’information ?», a-t-il demandé.

En réaction, Issa Tchiroma Bakary dira que son département ministériel, de concert avec le Conseil national de la communication (CNC), participe activement au travail de contrôle des activités de radios et télévisions privées avec pour ambition de protéger chaque jour un peu plus les enfants pour leur éducation et épanouissement.

A l’endroit du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, l’honorable Patrick Meke Mine, 13 ans de la région du Sud-Ouest, s’est appesanti sur les mesures prises pour garantir la stabilité des institutions du pays et pour préserver l’équilibre des familles affectées par la crise anglophone.

«Le gouvernement sur très hautes instructions du chef de l’Etat, chef des armées, met tout en œuvre pour assurer la paix, la sécurité et la stabilité. Ceci avec le soutien des populations qui sont les victimes», a rassuré Gallax Yves Landry Etoga, secrétaire d’Etat auprès du Mindef chargé de la gendarmerie nationale, au nom du Mindef, empêché.

La session parlementaire s’est achevée avec l’adoption des résolutions visant à promouvoir davantage la protection des droits des enfants.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie