L’autre revers du Maroc

Après  avoir vu son rêve d’organiser la Coupe du monde se briser le 13 juin dernier, le royaume chérifien, battu (0-1) hier par le Portugal, est éliminé du tournoi. 

Le Maroc est fair-play. Il n’abdique pas. Il n’abandonne rien même quand tout lui est défavorable. C’est la leçon qu’on peut retenir de son séjour en Russie. Après avoir vu son rêve d’organiser la Coupe du monde 2026 se fracasser contre la triple candidature américaine, mexicaine et canadienne le 13 juin dernier, le royaume chérifien, organisateur et vainqueur du CHAN 2018, a enregistré  hier un nouveau  coup dur  au stade Loujniki de Moscou.

Lors de sa première sortie face à l’Iran, il avait concédé un but en toute fin de match. Hier, il a encaissé un but dès la 4e mn sur une tête rageuse de Cristiano Ronaldo à la réception d’un corner rentrant.  Les Lions de  l’Atlas sont éliminés. 

Le match s’est joué sous le regard de l’ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, invité spécial du président russe, Vladimir Poutine. Le Maroc, très actif ces derniers mois sur le champ sportif,  caressait pourtant l’espoir d’atteindre pour la deuxième fois de son histoire après son brillant parcours en 1986, le second tour d’une Coupe du monde. Il peut nourrir des regrets.

Battus par l’Iran lors de la première journée, Mehdi Benatia, le capitaine et ses coéquipiers, ont pourtant montré de belles choses hier par séquences, notamment à l’approche de l’heure de jeu où ils se sont procuré trois belles occasions de but. Mais leur courage n’a pas suffi.

Malgré ses revers, le Maroc n’abdique pas.  Le 14 juin dernier, au lendemain de sa défaite comme pays organisateur du Mondial 2026, il a fait savoir qu’il postulait  à l’organisation de la Coupe du monde de 2030. En mars dernier, il a réaffirmé son soutien massif au Cameroun pour  une bonne organisation de la CAN Total 2019.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie