Transfusion sanguine: un Centre national annoncé au Cameroun

Le protocole d’entente signé la semaine dernière entre le Minsanté et l’Oms, vise également à doter le pays d’un Centre régional et de trois Centres interrégionaux.

C’est environ  400 000 poches de sang sécurisées qu’il faut au Cameroun chaque année pour la prise en charge des malades. L’offre actuelle ne tournant qu’autour de 90 000 poches, le ministre de la Santé publique a mis les bouchées doubles pour inverser la tendance et sauver davantage de femmes ayant des complications hémorragiques lors de l’accouchement et tous les autres patients.

Le jeudi 16 août dernier, André Mama Fouda a signé un protocole d’entente avec l’Organisation mondiale de la santé (Oms). Objectif : dynamiser le système national de transfusion sanguine, en transformant l’actuel, basé sur les dons de remplacements familiaux en un système de dons réguliers, volontaires et non rémunérés.

« Nous notons un grand moment dans la mise en œuvre du projet de renforcement du système de transfusion sanguine. Nous savons que nous avons pris du retard. Mais nous progressons à grand pas.  Le chef de l’Etat après avoir créé un programme spécial pour la mise en place d’un système de transfusion sanguine a agréé un financement avec la Banque islamique de développement de plus de 18 milliards de F sur cinq ans.  Le gouvernement a accepté que nous donnions une partie de cet argent à l’Oms, soit huit milliards de F afin qu’on ait de très  beaux centres de transfusion sanguine», a expliqué le Minsanté.

En cinq ans, le projet va ainsi favoriser la construction et l’équipement à Yaoundé d’un Centre national de référence de transfusion sanguine qui couvrira les régions du Centre et du Sud. Un Centre régional pour la seule région de l’Est est également prévu.

Tout comme trois centres interrégionaux dont un pour le grand nord, l’autre pour le Littoral et Sud-Ouest et le dernier pour l’Ouest et le Nord-Ouest. L’acquisition des équipements biomédicaux et de laboratoire font aussi partie du projet.

« Pour l’Oms, il s’agira d’accompagner le projet afin d’assurer une meilleure organisation technique des centres et du système national de transfusion sanguine. Il sera aussi question d’acquérir le matériel de pointe et d’aider à réunir les ressources humaines de qualité pour la formation du personnel », a expliqué Dr Phanuel Habimana, représentant par intérim de l’Oms au Cameroun. 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie