Chracerh: quatre nouvelles naissances

Le Centre hospitalier veille à prendre en charge les Camerounais de tous les horizons et de toutes les catégories sociales. De nouveau-nés ont été accueillis hier.

L’équipe médicale du Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh) est sur les dents ce lundi 27 août.

Elle est mobilisée depuis des jours pour une prise en charge efficace de trois cas particulièrement préoccupants. Il s’agit de trois dames qui devront chacune subir une césarienne pour mettre au monde leurs enfants. Arlette T., 45 ans, en provenance de la région de l’Est, Marcelline P., 38 ans, de l’Ouest et Mary L., 29 ans, de Bamenda dans le Nord-Ouest.

Le Pr Jean Marie Kasia, administrateur directeur général du Chracerh, rappelle avec conviction les idéaux que s’est fixée l’institution dont il a la charge. « Nous sommes des médecins.

Notre rôle est de soigner tous les malades qui viennent à nous sans aucunement prendre en considération leurs origines sociales, obédiences religieuses et autres idéologies politiques.

Il est important que tout le personnel de cet hôpital le sache, nos visiteurs aussi, de même que les populations partout où elles se trouvent. D’ailleurs, nous les encourageons toutes à solliciter et à utiliser nos services », martèle le Pr Jean Marie Kasia.

Ces rappels effectués, l’on passe sereinement à la pratique. Première à rentrer au bloc opératoire à 8h10, Arlette T. qui attend des jumelles. Une grossesse qu’elle doit à la fécondation in vitro. A 8h50, les deux nouveau-nés poussent leurs premiers cris. L’une affiche 2, 470 kg et l’autre 1, 950 kg. Elles vont très bien.

Le premier contact avec leur génitrice, en train d’être recousue par les médecins, est très émouvant. La maman peine à retenir ses larmes. Les vagissements d’un autre nouveau-né résonnent à 10h47. C’est la deuxième parturition de la journée.

Mary L. vient en effet de donner naissance à un nourrisson de sexe féminin de 3 kg net. La naissance de l’unique mâle de la série, 3, 470 kg, vient ainsi boucler la boucle à 12h 32. Sa génitrice Marcelline P. n’en revient toujours pas.

Les patientes du jour ne tarissent pas d’éloges envers la première dame, Chantal Biya et son illustre époux, le président de la République, Paul Biya qui, dans leur sollicitude ont œuvré à la mise en place de cet hôpital de référence en matière de lutte contre l’infertilité. 

« Nous ne cesserons jamais d’exprimer notre reconnaissance au couple présidentiel pour son engagement à aider, au travers de cet hôpital, les Camerounais de tous bords qui souffrent de problèmes d’infertilité », ont-elles dit succinctement.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie