Accueil chaleureux pour le couple présidentiel

La communauté camerounaise de Pékin s’est fortement mobilisée vendredi pour Paul et Chantal Biya, malgré une sécurité sur les dents.

«Paul Biya, notre président, père de la nation, Paul Biya toujours en avant… » C’est sur ce chant populaire, accompagné de youyous et d’applaudissements nourris que le couple présidentiel a mis pied à terre à l’hôtel Saint Régis, vendredi dernier à son arrivée dans la capitale chinoise.

Certainement heureux de revoir ses compatriotes six mois après la visite d’Etat de mars dernier, le président Paul Biya sourit et fait signe de la main au passage. La première dame Chantal Biya déjoue la sécurité et s’offre joyeusement un bain de foule, avant de rentrer dans l’hôtel à la suite de son illustre époux.

A l’aéroport où ils sont arrivés à 12 heures locales, accueillis par des officiels chinois de la municipalité de Pékin, la cérémonie a été brève et sobre. C’était en présence de l’ambassadeur de Chine au Cameroun, Wang Yingwu, l’ambassadeur du Cameroun en Chine, Martin Mpana et son épouse, ainsi qu’un détachement de la garde d’honneur chinoise au pied de l’avion.

Dans les locaux de l’hôtel Saint Régis, la communauté camerounaise rassemblée ne boude pas son plaisir de célébrer le couple présidentiel. Ils sont là depuis la matinée, ces hommes et femmes parés aux couleurs du pays ou du parti du flambeau, le RDPC. D’autres en civil, tirés à quatre épingles, ont abandonné leurs bureaux pour quelques heures ; question d’honorer le couple présidentiel.

Il y a là des opérateurs économiques, des fonctionnaires internationaux, des étudiants, des membres des sections, sous-sections et comités de base de Beijing et d’autres zones chinoises. « C’est un si grand privilège d’accueillir le couple présidentiel ici deux fois en l’espace de quelques mois.

La communauté camerounaise est fortement mobilisée pour cette visite. Nous aurions voulu être plus nombreux à venir ici signifier notre attachement au chef de l’Etat, malheureusement les consignes de sécurité sont très restrictives. Néanmoins, nous sommes très heureux d’être là », soutient Pierre Thierry Elle Elle, principal responsable de la section RDPC de Pékin, doyen de l’association des ressortissants camerounais.

Entre les remerciements pour la participation au Sommet du Forum de coopération Chine-Afrique à un niveau si élevé, les hommages à la première dame, le soutien pour la prochaine élection présidentielle, les appels à l’unité nationale et à la contribution de tous pour trouver une solution à la crise anglophone, les encouragements à la jeunesse à travailler dur, les messages de cette diaspora en direction du chef de l’Etat et du peuple camerounais tout entier sont clairs.

« Nous avons besoin de travailler encore plus dur pour pouvoir tirer toutes les dividendes de la coopération avec la Chine par exemple. Il y a de nombreuses opportunités et je n’ai pas l’impression que nous les exploitons véritablement », continue monsieur Elle Elle.

Les autres membres de la diaspora abondent dans le même sens. « J’ai épousé la culture chinoise depuis des années par le mariage avec une ressortissante chinoise. C’est un peuple de travailleurs et nous avons intérêt à copier sur eux au lieu de nous laisser distraire », assure LE Beriman Todjim, architecte en Chine.

Hermann Feuba, jeune chef d’entreprise installé dans l’Empire du milieu, encourage pour sa part les nombreux Camerounais étudiant ici à mettre à profit les connaissances acquises pour le développement du Cameroun. Le jeune homme qui manie le mandarin comme sa langue maternelle opère dans la traduction. Comme lui, les fils et filles de la diaspora attendent beaucoup du Sommet du Forum de coopération Chine-Afrique qui s’ouvre ce matin à Pékin.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie