Livre: ainsi va Paul Biya

Oswald Baboke publie un coffret enrichissant sur la vie et l’oeuvre de l’homme d’Etat qui dirige le Cameroun depuis 1982.

Les mots sont utilisés avec mesure et surtout parcimonie. Le texte laisse volontiers place à l’image. Oswald Baboke, directeur adjoint du Cabinet civil de la présidence de la République a choisi l’option pertinente du beau-livre pour l’ouvrage en deux tomes bilingues qu’il vient de publier aux éditions Emiyaz-Proximité. 

Pas d’excès de fioritures verbales. Et cela commence par le titre général : « Paul Biya ». Tout simplement. Aussi simplement! Y avait-il meilleure formulation comme élément d’appel pour ce travail qu’on classera difficilement dans les tiroirs conventionnels ? Certainement. L’auteur, lui, a préféré la simplicité, trait de caractère qu’on peut aisément coller à son sujet, le président de la République. 

D’accord, l’auteur, dans son avantpropos fait une espèce de mise au point initiale sur le genre littéraire : « Ce livre est une biographie. Un récit illustré de photographies ardentes et parlantes ».  Mais on se rend bien compte, au fil des pages, que l’ouvrage est bien plus que cela. Et Baboke, tantôt historien, tantôt biographe, tantôt journaliste, promène d’abord le lecteur à travers le parcours qui a mené le fils d’Etienne Mvondo Assam et d’Anastasie Eyinga Elle au plus haut sommet de l’Etat ; Puis décrit, presque pas à pas, comment l’homme assume ces hautes fonctions depuis 36 ans, de 1982 à ses activités les plus récentes de 2018. 

Les challenges, les victoires, mais aussi toutes les embûches qui ont émaillé l’itinéraire du président de la République depuis son accession à la magistrature suprême. « Paul Biya » selon Oswald Baboke, c’est d’une part, les « Septennats du président » (Livre I) et d’autre part, les « Grandes réalisations (livre II).

L’homme et l’oeuvre, comme diraient les lecteurs d’une certaine époque.  D’abord l’homme. Une trajectoire exceptionnelle, que l’auteur a découpée en quatre grands ensembles de septennats. Choix imposé, comme l’explique l’auteur en introduction, par une série de coïncidences frappantes dans l’existence de son héros. Des coïncidences qui ont découpé en tranches de sept ans, les grands moments de la vie de Paul Biya. Le président a eu une vie avant la politique, puis une carrière administrative, un parcours politique et une action économique. 

La biographie du président de la République est ainsi mise en scène de manière chronologique par un Oswald Baboke soucieux de relever au passage, l’influence de la main de Dieu, qui selon lui, « est pour beaucoup dans le parcours singulier du président». Il y a donc eu les septennats « apolitiques ». 1933-1940 (la naissance et l’enfance) ; 1940-1947 (le brillant élève) ; 1947-1956 (le séminariste et le lycéen) ; 1956-1963 (les études universitaires en France) ; 1962- 1969 (le haut commis de l’Etat) ; 1968-1975 (les fonctions de ministre d’Etat Secrétaire général de la présidence) ; 1975-1982 (Paul Biya, Premier ministre). Le récit s’enchaîne sur cette logique, jusqu’à l’accession aux fonctions de président de la République. 

Et là encore, le parcours est présenté sous forme de septennats politiques et économiques qui correspondent aux étapes de l’évolution de la Nation et de l’action de Paul Biya (période du monolithisme, multipartisme, réformes politiques destinées à renforcer la transparence électorale, Grandes ambitions, Grandes réalisations). Une bonne place est accordée à Chantal Biya, l’épouse et première dame attentionnée et engagée sur le front social. 

Ensuite, l’oeuvre, objet du second livre intitulé « Les Grandes réalisations ». Ici, la préface signée par Samuel Mvondo Ayolo, ministre directeur du Cabinet civil de la présidence de la République lève rapidement toute équivoque sur le caractère palpable de l’oeuvre brillante qui va défiler sous les yeux du lecteur :

« Les photographies qui meublent ce livre-exposition, véritable showroom des oeuvres du président Paul Biya, ne sont ni des photomontages, ni des procédés trompeurs de Photoshop. Les ouvrages exposés sont visibles aux quatre coins du Cameroun (…) encore que le beau-livre qui vous est donné de parcourir n’est qu’un cliché synoptique de l’ensemble de l’oeuvre, non exhaustive, d’un homme d’Etat à la fois pratique et pragmatique… » 

Le décor planté, on peut se lancer à la découverte, ou plutôt à la redécouverte de ces petits et grands pas qui sont faits depuis plus de trois décennies, pour mener le Cameroun au statut de pays émergent, à la prospérité. Dans les secteurs de l’Energie, de l’agriculture, des mines, du bois, de l’eau, des transports, de l’éducation, de la santé, des TIC… le livre déroule les idées, les programmes, les projets, et bien entendu, les infrastructures qui en découlent. Les images parlent d’elles-mêmes et traduisent à suffisance la détermination d’un bâtisseur. 

Et pour ceux des lecteurs qui sont surtout habitués à en entendre parler dans les discours, qu’il est rassurant de voir ces grandes photos des barrages hydroélectriques, des autoroutes ou des nombreux stades en construction ! Ces échangeurs, ponts et autres ouvrages d’art qui ont déjà changé le visage de villes comme Douala, Mamfé ou Ngaoundéré ! En un peu plus de 600 pages au total, l’auteur est parvenu à peindre un portrait plus que réaliste de Paul Biya. Des images familières, ou inédites, qui vont, à coup sûr, faire le plaisir des yeux et des mémoires.  Des textes au style sobre mais bel et bien engagé.

Le tout est forcément non exhaustif en raison de l’immensité de l’oeuvre à faire voir, mais ô combien représentatif de ce qu’est l’homme d’Etat expérimenté et respecté qui, il y a quelques semaines, a décidé de solliciter à nouveau les suffrages de ses compatriotes pour continuer ce pour quoi il a donné pratiquement toute sa vie. Et pour que la série des septennats se poursuive, évidemment…

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie