Les premières dames pour un avenir sans sida

Elles se sont engagées, hier à Pékin, à agir dans quatre principaux axes pour consolider les acquis de ces dernières années.

L'épouse du président de la République du Cameroun, Mme Chantal Biya, et une quarantaine de premières dames d'Afrique se sont retrouvées hier autour de Peng Liyuan, épouse du leader chinois.

C'était en matinée, dans le cadre du Sommet des premières dames de Chine, d’Afrique et des chefs des organisations internationales sur le Vih/sida, tenu dans les salons de la Fanghua Villa du Diayutai State Guesthouse de Pékin. Au menu des travaux, la prévention et le contrôle du sida.

A l’arrivée, Mme Chantal Biya, tout comme l’ensemble des hautes personnalités prenant part à ces assises, a été accueillie par de jeunes volontaires du programme chinois de prévention et de contrôle du sida. Le ruban rouge, symbole indiscutable de la lutte contre le sida, épinglé sur sa poitrine, la première dame du Cameroun appose sa signature sur un tableau dédié.

Par ce geste, elle adopte la déclaration de Pékin et s’engage dans l’initiative « Chine-Afrique : ensemble pour un avenir sans sida ». Il s’agit concrètement de s’investir davantage pour consolider les acquis de ces dernières années et limiter l’apparition de nouveaux cas.

Pour ce faire, une grande place a été accordée au partage d’expériences. Dans cette veine, le propos liminaire a été présenté par le ministre chinois de la Commission nationale de la Santé, Ma Xiaowei, modérateur de la conférence.

Suivi de la diffusion du documentaire « Ensemble pour un avenir sans sida», mouture de l’action des premières dames du continent noir en faveur de cette cause. Puis, la parole est revenue Peng Liyuan qui a partagé son expérience personnelle en faveur de la lutte contre le sida.

Aide à des enfants orphelins à cause de la pandémie, activité de prévention de la maladie dans les universités à travers des campagnes d’information et de dépistage gratuit, action en faveur de l’élimination de la discrimination envers les personnes vivant avec le Vih/sida… « Un avenir de la Chine et de l’Afrique sans sida est possible. Il faut pour cela que nous joignions nos efforts, il nous suffit d’être ensemble.

C'est ce levier de coopération qu’il faut actionner pour un impact remarquable», a soutenu Peng Liyuan. Puis, Dr Tsepo Motsepe, first lady d’Afrique du Sud, co-présidente de ce sommet et cinq épouses de chefs d’Etat représentant chacune sa sousrégion (la RCA pour l’Afrique centrale, le Ghana pour l’Ouest, le Kenya pour l’Est, le Soudan pour le Nord et la Zambie pour l’Afrique australe) ont évalué le chemin parcouru depuis l’engagement à ce niveau de leadership. D’où les félicitations du directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus et du directeur exécutif de l'Onusida, Michel Sidibé.

« Il est maintenant question d'oeuvrer dans trois axes essentiels : la qualité des soins à accorder aux malades à travers des structures sanitaires performantes, la continuation de la sensibilisation pour le développement des bons comportements en ciblant la jeunesse car celle-ci est très active et disposée à acquérir des connaissances sur le sida, des soins accessibles à toutes les couches de la population et surtout l’encouragement des plus défavorisées à les recevoir », a indiqué Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Pour sa part, Michel Sidibé a invité les premières dames à insister sur la lutte contre la transmission mère-enfant du Vih/sida, condition sine qua none pour aboutir à un monde sans sida.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie