Polémique: le livre qui fait le buzz

Le manuel de Science de la classe de 5e, comporte un chapitre mettant en exergue des pratiques sexuelles déviantes, a enflammé les réseaux sociaux durant le weekend.

Les librairies du marché Mvog-Mbi à Yaoundé ont reçu plus de monde que d’habitude le week-end dernier. Certes, certains étaient là pour finaliser la rentrée scolaire, mais un grand nombre est surtout venu demander si le livre « L’Excellence en science » était bel et bien inscrit au programme de la classe de 5e.

« J’ai lu tellement de commentaires négatifs à propos du contenu de ce livre sur les réseaux sociaux, je suis venue vérifier si le livre est maintenu au programme ou pas. Car je m’inquiète pour ma fille qui ira certainement en 5e l’an prochain.

Je ne voudrais pas qu’on lui enseigne des choses aussi vulgaires », s’affole Yolande Massa. En effet, depuis quelques jours, le livre de science en question fait polémique sur la toile, dans les lieux publics et même dans les médias.

Et pour cause  le module intitulé « Santé de la reproduction » comporte une image et des descriptions avec parfois des illustrations en images, d’actes sexuels jugés déviants et trop crus pour les enfants de la classe de 5e, selon certains observateurs. 

Selon le Pr. Marcellin Vounda Etoa, secrétaire permanent du Conseil national d'agrément des manuels scolaires et des matériels didactiques, « le projet pédagogique visait à préparer les enfants à affronter un certain nombre de réalités à les préparer à faire face à des choses qui touchent l’environnement et auxquelles, ils ne peuvent faire face que s’ils savent que c’est néfaste, et que c’est interdit par la loi.

C’est le projet porté par ce module de la santé de la reproduction en classe de 5e », explique t-il. « Techniquement ce qu’il aurait lieu de faire ce serait de suspendre le module, dans le programme d’enseignement et de le sortir conséquemment du manuel incriminé.

Pour qu’il ne soit plus matière à enseignement pour les enfants des classes de 5e dont un certain nombre d’acteurs sociaux disent qu’ils sont immatures pour recevoir ces leçons.

La question serait donc, renvoyée au ministère des Enseignements secondaires et débattue pour savoir si on maintient cet enseignement pour le second cycle ou si on le sort entièrement du système éducatif », conclut le responsable

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie