Lutte contre le sida: le précieux concours de Chantal Biya

La première dame du Cameroun a, depuis des années, fait de ce combat l’une de ses priorités.

Ses actions en faveur de la lutte contre le sida au Cameroun ne se comptent plus. Depuis de nombreuses années, Mme Chantal Biya, première dame du Cameroun a fait du combat contre cette pandémie, l’une de ses priorités, pour ne pas dire la première.

Sur le terrain, son oeuvre s’étale sur un champ d’activités tout aussi variées qu’importantes, les unes que les autres.

C’est ainsi que sur le volet de la sensibilisation et à travers Synergies africaines contre le sida et les souffrances dont elle est la présidente fondatrice, Mme Chantal Biya est au front. A chaque période des vacances scolaires, les équipes de l’épouse du président de la République se déploient sur tout le territoire national.

Objectif affiché depuis 2003, année de lancement de cette initiative, réduire le nombre de nouvelles infections au sein des jeunes (lycéens et universitaires). Leur santé lui tenant à coeur. Selon Jean Stéphane Biatcha, secrétaire exécutif de Synergies africaines, ce sont environ 11 000 000 de jeunes qui, à travers différents canaux ont été sensibilisés. Et depuis quelques années, les réseaux sociaux ont été mis à contribution pour atteindre, en un clic, le maximum de personnes.

Et comme si cela ne suffisait pas, le Cercle des Amis du Cameroun (Cerac), association humanitaire toujours créée par Mme Chantal Biya se déploie également sur le terrain de la sensibilisation. Des journées d’information, de sensibilisation et de dépistage du VIH/sida sont régulièrement organisées à l’endroit des élèves et étudiants.

Mercredi dernier à Yaoundé, ce sont ceux de la capitale qui ont bénéficié des conseils de plusieurs experts en la matière, des démonstrations de port correct des préservatifs féminins et masculins, mais aussi des dépistages volontaires et gratuits du VIH.

Toujours sur ce pan de la sensibilisation, le Centre international de référence Chantal Biya sur la prévention et la prise en charge du VIH/sida (Circb) a lancé le « Vaccin social » : un ensemble de stratégies, méthodes, approches pédagogiques destinées à la prévention des infections sexuellement transmissibles et du sida dans les écoles de tout le pays, en attendant l’avènement du vaccin biologique. Dans sa lutte, Chantal Biya met aussi un accent dans la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (Ptme).

Ce volet occupe une place de choix. Car l’objectif affiché est simple : briser la chaîne de transmission du VIH de la mère à l’enfant. La Fondation Chantal Biya fut ainsi au Cameroun, le premier site de Ptme. C’est tout cet engagement qui a valu à la première dame d’être nommée en 2015, ambassadrice spéciale de l’Onusida.

Et à cette date, Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida a qualifié Mme Chantal Biya de « modèle et leader de l’Onusida ». Il indiquait ainsi qu’elle « mérite la distinction. Nous ne pouvons pas oublier les pionniers dans la lutte contre le VIH.

Il est important de reconnaître ses efforts», avait souligné le responsable onusien. Comme pour saluer celle qui, aux côtés des pouvoirs publics a participé à la réduction de la prévalence du sida au Cameroun.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie