Santé de la mère et de l’enfant: la première dame veille

A la Fondation éponyme comme au Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya, cette couche sociale est aux petits soins.

Pour la santé de la mère et de l’enfant au Cameroun, Mme Chantal Biya est à pied d’oeuvre depuis des années. Le Fondation qui porte son nom en est la parfaite illustration.

A Yaoundé comme à Meyomessala, dans le département du Dja-et- Lobo, région du Sud, la structure mise en place par l’épouse du président de la République travaille pour le bien-être de cette couche sociale au quotidien. La protection, l'éducation et la santé de la mère et de l'enfant sont ses principales missions.

A cela, s’ajoutent, l'assistance aux malades démunis, l'encadrement des enfants abandonnés, l'aide aux personnes âgées, la lutte contre la pauvreté et la misère, la protection de la famille, l'assistance en matériels et en médicaments aux hôpitaux et centres de santé nécessiteux.

La Fondation Chantal Biya est au Cameroun, l’hôpital consacré à la « mère et de l’enfant », avec son Centre Mère et enfant.

La pédiatrie, les soins intensifs, les services pour les prématurés y occupent une bonne place. Il y a aussi des services d’oncologie, de lutte contre le sida et la drépanocytose. Mais également une branche de rééducation : psychomotricité et kinésithérapie.

Le tout, à petits prix. A côté de cette structure de haut niveau, la première dame du Cameroun a également milité pour donner du sourire aux femmes ayant des difficultés pour procréer.

Son engagement à placer la santé des Camerounais et de la femme au centre de ses préoccupations s’est également traduit par la création, du Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh), où la Fécondation in vitro constitue l’activité-phare.

Le Chracerh est un établissement de référence qui apporte des solutions aux problèmes de santé gynécologique, de grossesses à risque élevé de certaines femmes. Le Pr. Jean Marie Kasia, administrateurdirecteur général indiquait il y a peu que « nous sommes déjà à plus de 80 naissances cette année. La fin d’année sera tout à fait joyeuse et j’espère que la première dame va être heureuse de voir tous ces bébés ».

Des femmes de plus de 50 ans ont ainsi goûté aux joies de la maternité grâce à Mme Chantal Biya. Et ce n’est pas demain que les cris de joies des nouvelles mamans vont s’arrêter au Chracerh.

Car cette structure offre des services dans le domaine de la chirurgie gynécologique (classique abdominale et vaginale lourde, endoscopique), la cancérologie (col et corps de l’utérus, ovaire), le dépistage et le traitement des pathologies mammaires.

L’hôpital assure aussi le diagnostic et le traitement de l’infertilité grâce aux nouvelles techniques qu’offre la procréation médicalement assistée (PMA). Au rang de celles-ci, la conservation des gamètes et des embryons, l’insémination intra- utérine de spermatozoïdes.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie