Infrastructures: la numérisation en marche

Entre le déploiement de la fibre optique, la mise en place des data centres et autres équipements de sécurisation, tout est fait pour que le pays soit up to date.

Ces dernières années, le Cameroun a consenti d’importants efforts pour développer le numérique sur le territoire national et même au-delà. De nombreuses infrastructures ont donc été mises sur pied, pour garantir l’appropriation des TIC par la majorité de la population et ainsi favoriser le développement de l’économie numérique.

Déploiement de la fibre optique

Le 4 septembre 2018, le câble sousmarin à fibre optique parti de Kribi au Cameroun a atteint la ville de Fortaleza au Brésil. La nouvelle a été rendue publique le lendemain par l’entreprise chinoise Huawei Marine Networks, chargée du déploiement de cette infrastructure. Baptisée South Atlantic Inter Link (SAIL), ce câble sous-marin long de 6000 km permet d’assurer la connexion aux deux points d’atterrissement que sont les villes de Fortaleza au Brésil et de Kribi au Cameroun. Il s’agit du premier câble à relier l’Afrique à l’Amérique du sud. Pour le faire, l’opérateur camerounais Camtel en partenariat avec China Unicom et Telefonica ont investi un total de 280 milliards de F pour des travaux qui ont duré deux ans environ. Avec une capacité de 32 térabits par secondes ce câble permettra à la Camtel d’avoir un déploiement dans les data center, un déploiement dans l’installation des centres d’appel, un déploiement dans l’hébergement des applications de premier rang qui s’appuient sur le levier infrastructurel, un déploiement dans les ports de système en satellites sécurisés par un haut débit. Il devra également doter le Cameroun et la sous-région Afrique centrale d’un système de transmission internationale de nouvelle génération reliant le Cameroun par une voie directe à l’Amérique. SAIL devient ainsi le quatrième câble sous-marin à fibre optique à atterrir au Cameroun, après le SAT3, le Wacs et le NCNCS (Nigeria and Cameroon Network Cable System). Une cinquième liaison dénommé ACE est en gestation. Par ailleurs, il faut aussi compter, en matière de fibre optique, avec le backbone national. Grâce à cette infrastructure, entre 2011 et 2017, un linéaire de 11000 Km de fibre optique a été posé à travers le pays, et 1000 autres Km le long du pipeline Tchad- Cameroun. Le projet de boucles optiques urbaines a également permis de raccorder les principales villes du pays. C’est ainsi que 52 des 58 départements que compte le Cameroun ont accès à internet.

L’infrastructure à clé publique

Depuis octobre 2012, l’infrastructure à clé publique, logé dans un bâtiment de la poste centrale de Yaoundé, est opérationnelle au Cameroun. Plus connue sous son acronyme anglais PKI (Public Key Infrastrusture), il s’agit d’un instrument indispensable pour la confiance en l’économie numérique, car elle permet, selon le directeur général de l’ANTIC, de garantir la sécurité des données à travers l’identification, l’authentification des partenaires dans leurs transactions, l’intégrité et la confidentialité des données échangées, ainsi que la non répudiation des messages ou transactions. De manière concrète, grâce à la PKI, les transactions électroniques, quel que soient leurs domaines, peuvent se faire via Internet en toute sécurité. Elle est utilisable à la fois par les administrations publiques et par les opérateurs privés. Cette infrastructure a été mise en place grâce à la coopération sud-coréenne.

Les data centers

À l’ère de l’économie numérique qui draine de nombreuses opportunités pour le développement durable, le Cameroun a décidé de mettre en place des Data centers (centrale des données). Les pouvoirs publics s’y sont lancés, notamment à travers le data center de la Cameroon Postal Services (Campost). Une structure qui devrait connaître une mutation, pour devenir un data center de cloud. Une stratégie qui devrait permettre au service postal camerounais de s’adapter au nouvel environnement dominé par le numérique. Les privés sont également dans le bain. L’opérateur de téléphonie mobile Orange Cameroun a ainsi inauguré en 2017, sa centrale de données, en présence de Philemon Yang, Premier ministre. Selon les promoteurs, l’infrastructure, qui va faciliter le stockage, la sauvegarde, le traitement, la distribution et la transmission des données, est la plus grande du genre des sousrégions Afrique centrale et occidentale .

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie