« Nous avons gagné en maturité »

Blaise Re-Niof Mayam, entraîneur national de volley-ball messieurs.

Quel bilan faites-vous de ce 19e Championnat du monde de volleyball messieurs ?

C’est un bilan assez positif. Nous n’avons pas eu une grande marge par rapport aux équipes, qu’on suppose être parmi les meilleures du monde. Nous considérons que nous sommes à un certain niveau. Mais qu’avec le travail, on pourra atteindre le haut niveau. Selon moi, les équipes qui vont se qualifier dans notre poule pour le second tour ont la chance de se retrouver dans le carré d’as. A défaut, on pourra bien les retrouver parmi les huit meilleures équipes du monde parce que le niveau était très élevé. Du point de vue du service, du point de vue du bloc, du point de vue même des capacités d’analyse du jeu. Je peux dire que nous avons gagné en maturité, en compréhension et en connaissance en matière de volleyball de haut niveau.

Que faut-il retenir de la participation du Cameroun à ce prestigieux rendez-vous ?

Dans une poule de six, nous sommes cinquièmes après avoir battu la Tunisie, Championne d’Afrique. Nous avons pris un set contre l’Australie que nous voulions battre, que nous pouvions battre. Malheureusement, nos joueurs n’ont pas la culture de la victoire. Collectivement, on doit gagner le set. On remonte, et après on lâche au dernier moment. Les équipes comme les Etats-Unis, la Russie sont des équipes à notre portée aussi. Il faudrait seulement que nous puissions nous organiser au Cameroun pour que les gars, jouent dans les grands clubs.

Ce qui va faciliter la tâche dans la participation aux grandes compétitions. Avez-vous des regrets ?

Oui, nous avons des regrets. D’abord, le fait de sortir au premier tour, alors qu’on avait pour objectif de passer au second tour. Ensuite, nous avons perdu certains sets qu’on ne devait pas perdre, que ce soit contre la Serbie ou la Russie, ou les Etats-Unis. Malheureusement, le sort a décidé autrement .

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie