Service public: le Minfopra se rapproche des usagers

Le ministre Joseph LE a rencontré ses collaborateurs et les usagers hier à Ebolowa.

C’est une femme fonctionnaire heureuse de voir son dossier bientôt aboutir après avoir passé trois ans sans salaire. Mercredi dernier à Ebolowa, au cours du point de presse du ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph LE, cet usager a saisi la balle au rebond pour soumettre ses difficultés après son intégration à la Fonction publique. Ceci dans le cadre du recrutement spécial des 25 000 jeunes, initié par le chef de l’Etat.

Au cri lancé à cette occasion par cet usager, le ministre Joseph LE a donné toutes les assurances que d’ici mercredi prochain, sa situation sera réglée. Une façon de lui démontrer que dans son département ministériel, l’usager est roi. 

Au cours de cette rencontre du Minfopra avec les autorités administratives et les délégués régionaux du Sud, en présence du gouverneur Félix Nguélé Nguélé dans le cadre de la deuxième édition du concept baptisé la « Fonction publique de proximité », il a été question de partage d’expérience en matière d’administration de proximité.

L’ambition est de briser la glace de l’incompréhension et du désamour qui a longtemps caractérisé la nature des rapports entre l’usager et l’administration publique.  Au Minfopra, il s’agit de la suite donnée aux hautes instructions du chef de l’Etat. Notamment une fonction publique au service des Camerounais tel que prescrit dans son ouvrage de référence, « Pour le libéralisme communautaire ».

Un ouvrage dans lequel il demande : « qu’il faut œuvrer pour qu’un accueil plus humanisé soit réservé aux usagers de nos services publics, usagers souvent en bute hélas, à une agression injustifiée. » Et le ministre Joseph LE  d’ajouter : «  Il n’est pas bon d’entendre répondre avec désinvolture à un usager ou de le voir attendre depuis longtemps pour un document ».

Aux 11 000 agents publics d’Ebolowa, il a été rappelé que l’application Sigipes fonctionne déjà. Plus besoin de quitter Ambam ou Mintom pour suivre son dossier à Yaoundé. Soucieux des conditions de travail de ses collaborateurs, le ministre Joseph LE, a effectué le tour du propriétaire de la délégation régionale qui abrite ses services, encourageant au passage chacun d’entre eux.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie