Logements estudiantins: le casse-tête des cop’s

De nombreux étudiants venant d’horizons divers sillonnent les environs du campus de Yaoundé I à la recherche d’un habitat.

’est un parcours de combattant que vient d’effectuer Romuald Mballa à « Bonamoussadi », quartier populeux abritant plusieurs mini-cités et jouxtant le campus de l’Université de Yaoundé I. Le jeune bachelier a sillonné pendant plusieurs heures tous les coins et recoins de ce secteur mercredi dernier.

Nouvellement inscrit à la Faculté des arts, lettres et sciences humaines (FALSH), il n’a toujours pas trouvé un toit correspondant à sa bourse. Pour le jeune étudiant qui  vient de Mbalmayo, l’euphorie d’entrer à l’université vient de céder place à l’amertume.

« C’est vraiment pénible. Cela fait déjà deux semaines que je cherche une chambre et jusqu’ici je n’ai rien trouvé. Les propriétaires des mini-cités me demandent de payer un an de loyer avec des prix qui varient entre 10 000 et 25 000 F. Et, je ne dispose que de 80 000 F pour trouver un logement décent pour cette période », affirme-t-il.

Autre lieu cette fois, à la cité universitaire, c’est comme un coup de massue que vient d’essuyer Marthe T. L’étudiante de 22 ans ne fera pas partie des effectifs des locataires de cette cité. Pour cause : le dépôt tardif de son dossier. Le délai a expiré la veille.

« C’est très dur. J’espérais vraiment avoir une chambre ici surtout que les prix sont abordables et voilà, j’avais oublié la date limite du dépôt des dossiers. Je serai obligée de me serrer chez mon oncle qui réside au quartier Etoudi. Sans oublier que les coûts de transport seront élevés puisque ce quartier est loin du campus », déploret-elle.

En effet, chaque rentrée académique, de milliers d’étudiants sont confrontés à la difficile équation du logement. Et pour faciliter la tâche à de nombreux « cop’s », les universités d’Etat, à l’instar de la doyenne d’entre elles, leur proposent des chambres dcueille chaque année pas moins de 60 000 étudiants. En ce qui concerne les coûts, ils oscillent entre 4 000 et 5 000 F le mois.

Pour ne pas léser les étudiants qui n’ont pas eu la chance d’accéder à la « Cité U », les responsables de cette institution universitaire et les propriétaires des minicités situés aux environs de l’université se concertent régulièrement.

Question d’harmoniser les prix afin de permettre aux étudiants d’accéder aux logements décentsans la cité universitaire. Avec une capacité de plus de 1 360 lits répartis dans les chambres individuelles et collectives, mais qui s’avère insuffisante pour cette institution qui accueille chaque année.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category