Investissements privés en Afrique: plus de 3500 milliards injectés

Dans cette enveloppe record de la Société financière internationale, le Cameroun s’en sort avec plus de 45 milliards de F, destinés au financement du projet Nachtigal

Le fait est assez inédit pour être relevé. Les investissements de la Société financière internationale (SFI) du groupe de la Banque mondiale, ont connu une augmentation record en Afrique subsaharienne au cours de l’exercice fiscal 2018. Le montant de 3,5 milliards de dollars au cours de l’exercice précédent est passé à 6,2 milliards de dollars soit environ 3500 milliards de F.

Les secteurs où cet argent a été investi sont principalement les infrastructures (3,5 milliards de dollars) ; l’industrie manufacturière, l’agrobusiness et les services (1,2 milliard de dollars) ; les institutions financières (1,1 milliard de dollars) et les télécommunications, les médias et les technologies (100 millions de dollars).

« C’est la Le  première fois que l’Afrique subsaharienne constitue le principal portefeuille d’investissement de la SFI au cours d’un exercice fiscal. En outre, les programmes de services conseils pour le développement du secteur privé ont atteint 400 millions de dollars en 2018 », peut-on lire dans le communiqué de l’institution financière.

Le document poursuit en indiquant qu’au cours de cette année, plus de 2,9 millions de prêts ont été accordés à des micros entreprises. Les clients de la SFI ont également généré de l’électricité pour 32 millions de personnes en Afrique et distribué de l’eau courante à 2,5 millions de personnes. Les projets d’IFC ont touché plus d’un million d’agriculteurs et permis à 1,4 million de personnes de recevoir des soins médicaux. Les clients de l’institution ont également employé plus de 278000 personnes.

« L’Afrique est au cœur de la stratégie globale d’IFC, dont l’objectif est de permettre au secteur privé d’avoir un impact plus grand. Nous déployons nos produits d’investissement et nos services conseils pour créer de nouveaux marchés », a indiqué Oumar Seydi, le directeur régional de la SFI pour l’Afrique subsaharienne.

Pour Sérgio Pimenta, vice-président SFI pour le Moyen-Orient et l’Afrique, la société démontre sa capacité à mobiliser plus d’investissements privés pour développer l’Afrique, « face à la réduction de l’aide au développement, la stratégie de la SFI vise à mobiliser des capitaux privés à plus grande échelle pour s’engager plus, particulièrement dans les pays fragiles et ceux à faible revenu», souligne M. Pimento.

Le Cameroun s’en sort avec une enveloppe de 794,5 millions de dollars (environ 45,5 milliards de F). Une somme approuvée depuis juillet dernier pour le financement du projet hydroélectrique de Nachtigal, qui devrait, à partir de 2022 permettre au pays d’augmenter son offre énergétique.  il est clair que la SFI est un grand partenaire de notre pays.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie