Présidentielle américaine: la pression monte

Hillary Clinton et Donald Trump abattent leurs dernières cartes à coups d’invectives avant le scrutin de mardi prochain. 

Dans cinq jours les Américains décideront par la voie des urnes qui d’Hillary Clinton ou de Donald Trump succèdera à Barack Obama. Alors que l’on s’achemine inexorablement vers le 8 novembre 2016, jour de vote, l’effervescence gagne en intensité. Entre l’ancienne première dame des Etats-Unis et ancienne secrétaire d’Etat et le magnat de l’immobilier, les sondages sont serrés, selon les instituts spécialisés en la matière. Au fur et à mesure qu’on s’approche de la date fatidique, la campagne s’anime de plus belle et s’enrichit de pics et d’invectives. Que ce soit la candidate démocrate ou son challenger républicain, chacun s’est finalement fait rattraper par son passé pas toujours reluisant. Telle une véritable foire d’empoigne, nul ne loupe l’occasion d’assener des coups violents à l’adversaire dans l’espoir d’attirer la sympathie des électeurs. 
Empêtrée dans une histoire d’e-mails remise au goût du jour par l’agence de renseignement, le FBI, Hillary Clinton a laissé quelques plumes sur la route qui mène vers la Maison Blanche. Son équipe de campagne a beau user de toutes les stratégies possibles pour redorer son blason, son image semble avoir pris un sérieux coup. Donald Trump, pourtant malmené dans les sondages au terme des trois débats télévisés, s’en est servi pour semer le doute dans le camp de Mme Clinton et remonter dans les sondages. «La corruption d’Hillary Clinton atteint une ampleur sans précédent. Nous ne devons pas la laisser amener ses combines criminelles dans le bureau ovale», a-t-il lancé lors d’un meeting. Le candidat républicain est quant à lui l’objet d’allégations d’agressions sexuelles et de paroles sexistes. La candidate démocrate ne cache pas son indignation à l’idée que M. Trump veuille diriger les Etats-Unis avec une image condescendante vis-à-vis de la gent féminine.  «Regardez-le! Il dit que les femmes sont sales et hideuses», s’est offusquée Hillary Clinton. 
Pour les spécialistes, l’enjeu de cette présidentielle réside dans les Etats-clés après le vote par anticipation en cours. Tim Malloy, analyste de la Quinnipiac University Poll, recommande de scruter les intentions de vote «dans l’Ohio, la Pennsylvanie et la Floride. Ce sont les trois Etats-clés les plus importants et personne depuis 1970 n’a gagné une élection présidentielle sans remporter au moins deux de ces Etats.» «En Pennsylvanie, Hillary Clinton est devant, mais dans l’Ohio, c’est Trump et pour la Floride, Trump semblerait l’emporter, mais c’est très serré. Et il faut aussi regarder du côté du Colorado et de l’Arizona, où il y a de plus en plus d’hispaniques remontés contre Trump, alors qu’avant c’était des Etats presque acquis aux républicains, ce qui n’est plus le cas», ajoute-t-il. Mais, une autre bataille se jouera au Congrès où les Américains devront également renouveler la chambre des représentants ainsi qu’un tiers des sénateurs. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie