Rific 2018: le court-métrage a pris fin

Les distinctions de cette 14e édition ont été présentées le 3 novembre dernier lors de la cérémonie de clôture à Yaoundé.

Pour leur 14e édition, les Rencontres internationales du film court à Yaoundé ont enregistré 76 courts métrages sur la ligne de départ. 18 productions ont été retenues dans la short-list et finalement six ont été choisies par le jury. Les distinctions portaient notamment sur le grand prix, le meilleur documentaire, l’interprétation masculine et féminine, la meilleure collaboration et le prix spécial du jury.

Au bout du compte, « Angles » de Frank Thierry Léa Malle a occupé la plus haute marche du podium. Le documentaire d’Hélène Charpentier intitulé « On est tous pygmées » a occupé la deuxième position. Le court-métrage « Angles » aborde la problématique des accidents de circulation qui endeuillent régulièrement les familles camerounaises.

«Nous sommes tous des angles d’une même figure. En d’autres termes, chacun a sa part de responsabilité dans les problèmes qui minent la société camerounaise aujourd’hui », a expliqué le réalisateur. Au bout de six mois de travail et pour la première projection du film dans un festival, le coup d’essai s’est révélé être un coup de maître. « Je suis très satisfait de ce prix.

Ça signifie que ce film a un futur prometteur. Ce prix nous encourage à travailler davantage », a affirmé Frank Thierry Léa Malle, habitué à rencontrer le succès avec ses courts-métrages toujours bien accueillis par la critique. On peut citer entre autres « Point de vue », « Hands », « Mes vampires », sacrés à plusieurs festivals nationaux et internationaux. Cette soirée au Goethe Institut venait ainsi ponctuer une semaine de projections d’une trentaine de films courts depuis le 27 octobre dernier. 

La salle Sita Bella du ministère de la Communication a servi de cadre à la projection d’autres courts-métrages. « Retour aux sources », une production de Open World était également au programme. Le film qui traite des questions de rapatriement des œuvres d’art autrefois pillées en Afrique, a, selon ses producteurs, le mérite d’interpeller la communauté internationale sur la question d’une éventuelle restitution de ce patrimoine culturel.

Le projet est déjà sollicité pour la prochaine édition du festival « Vues d’Afrique » qui se tiendra au Canada. La 15e édition du RIFIC qui se tiendra l’année prochaine sera dirigée par Martial Nguéa. Elle sera marquée par la célébration du 15e anniversaire du festival, qui va innover avec un le concept intitulé « Campus Telling » et l’intégration des productions de très courts métrages.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie