Yarha 2018: Action !

La cinquième édition de la Semaine internationale du premier film s’est ouverte le 9 novembre dernier à Yaoundé au cours d’une cérémonie présidée par le Minac.

Les rideaux se sont levés sur la cinquième édition de la Semaine internationale du premier film baptisée Yarha. C’était, le 9 novembre dernier, au cours d’une cérémonie riche en couleurs présidée par le ministre des Arts et de la Culture, Narcisse Mouelle Kombi. Une soirée marquée également par la présence de plusieurs chefs de mission diplomatique.

Notamment, les ambassadeurs d’Égypte, d’Espagne, de France et de Suisse au Cameroun, venus soutenir Sylvie Nwet, déléguée générale des Yarha. Le temps de la soirée, la salle de fêtes de l’Hôtel de ville de Yaoundé s’est parée de ses plus beaux atours pour servir de cadre à cet événement rehaussé par la présence de nombreuses icônes du 7e art et la Miss Cameroun 2013, Valérie Ayena.

C’est le réalisateur égyptien, Ahmed Amer, qui a ouvert le bal des projections avec son long métrage « Kiss Me Not ». Une fiction qui revient sur l’interdiction du baiser dans la société égyptienne. « Kiss Me Not » a donné le ton des projections des films en sélection officielle qui se feront dans les salles Sita Bella (ministère de la Communication),  à l’Institut français, et à la Fondation Tandeng Muna.  La soirée a également donné l’occasion de présenter les membres du jury de cette édition.

Jury constitué en majorité d’amazones du cinéma camerounais. On y retrouve entre autres, l’actrice et productrice, Blanche Bana et la réalisatrice de « W.A.K.A », Françoise Ellong ainsi que la figure emblématique du cinéma camerounais, Marie-Philomène Nga. Co-auteure de l’ouvrage « Noir n’est pas mon métier » et actrice dans de nombreux films à succès notamment, « Le crocodile du Botswanga », « Bienvenue à Marly-Gomont », « Il a déjà tes yeux » ou « Kirikou et les bêtes sauvages »,

Marie-Philomène Nga compte bien partager son expérience avec ses cadets et frères d’armes. « J’ai été très honorée d’être désignée comme marraine et présidente du jury de ce festival. C’est d’ailleurs la première fois qu’on me sollicite au Cameroun. Je compte bien mettre cela à profit et partager mon expérience, mais surtout préciser à mes confrères que la formation est primordiale », a indiqué l’actrice franco-camerounaise.

Les adeptes du 7e art ont donc jusqu’au 18 novembre pour découvrir les premiers films des réalisateurs en compétition. Les ateliers de renforcement des capacités des professionnels du métier feront aussi partie des activités de la Semaine internationale du premier film, ainsi que des échanges sur l’économie du cinéma.

À cet effet, une conférence aura lieu à l’Hôtel de ville de Yaoundé.  Les tout-petits ne sont pas en reste. Le comité d’organisation de Yarha leur  a réservé des séances de films pour enfants. La fête du premier film se poursuit jusqu’au 18 novembre prochain.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie