Festival Gurna : Doukoula a tenu son pari

Des milliers de personnes venues du Tchad et du Cameroun viennent de vivre des moments inoubliables dans cette localité du Mayo-Danay (Extrême-Nord).

La ville de Doukoula vient de vivre pendant trois jours un événement inédit. Le festival international des arts et de la culture des peuples Tupuri, Kera et Wina, est rentré dans l’histoire. Cet événement connu sous l’appellation de Gurna édition 2016 aura battu tous les records de mobilisation des éditions précédentes. Au-delà de la forte participation des festivaliers venus du Tchad et du Cameroun, Doukoula a accueilli des autorités de marque parmi lesquelles des ministres camerounais et des hauts responsables tchadiens. 
Rendu à sa cinquième édition depuis son lancement en 2009 au Tchad, le festival international Gurna a battu le record d’affluence en spectateurs, danseurs et artistes issus de 15 cantons. De multiples danses traditionnelles et jeux de société en voie de disparition, lutte traditionnelle, sakor et expositions d’œuvres d’arts anciens et modernes ont émerveillé le public. L’innovation de cette édition est l’élection Miss Gurna, qui a consacré une étudiante de 16 ans. A Doukoula, ils  ont, une fois de plus, montré leur volonté à valoriser leurs rites, us et coutumes avec le thème « le Gurna : trois peuples, deux pays, une culture ». 
Ce grand rendez-vous a donné l’occasion au Wang Kulu de Doukoula (lamido), Luc Ayang, par ailleurs, président du Conseil économique et social, d’inviter les élites des trois communautés à engager une réflexion profonde sur les problématiques du développement qui interpellent  les populations du « pays Tupuri, Kera et Wina ». Un développement qui passe forcément par l’école. En donnant le coup d’envoi le secrétaire général du ministère des Arts et de la Culture, entouré de plusieurs membres du gouvernement, du gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, des préfets des départements du Mayo-Danay au Cameroun et du Mont Ili au Tchad, a invité les trois peuples à l’unité. Moktar Ousmane Mey précise qu’« il s’agit de promouvoir un événementiel de grande envergure ». Le festival Gurna 2016 ferme ses portes sur plusieurs recommandations, notamment la construction des musées Gurna. La palme d’or est revenue à la délégation tchadienne, pour ses performances diverses lors des prestations. La prochaine édition se tiendra en 2017 au Tchad.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie