« On a des compétences, il faudrait qu'on passe à l'action »

Christina Pettang, fondatrice de « I Cam-Up »

L’équipe de CT Online a rencontré Christina Pettang, la fondatrice de « I Cam-Up » il y a quelques jours à l’Ecole nationale supérieure Polytechnique de Yaoundé. Cette jeune dame s’y est rendue en compagnie de quelques figures marquantes de l’entrepreneuriat pour édifier les étudiants sur l’écosystème entrepreneurial et les amener à concrétiser leurs idées et projets.

Vous sillonnez les institutions universitaires depuis quelques semaines pour leur présenter votre plateforme « I Cam-Up ». De quoi s’agit-il concrètement ?

« I Cam-Up » est un écosystème entrepreneurial qui a pour but de mettre en avant les aspirations, les sources de motivation et de détermination de la jeunesse camerounaise. Nous ambitionnons aussi mettre en lumière les entrepreneurs, et surtout pousser les jeunes à créer des richesses. Depuis quelques semaines, nous organisons des conférences-débats afin de permettre aux jeunes étudiants d’échanger avec des entrepreneurs qui se sont faits une place sous le soleil pour partager leurs expériences.  Côté source d’investissement, notre objectif est de partager et présenter les différentes sources de financement.

Les étudiants adhèrent-ils au projet ?

Tout à fait. Nous sommes à notre troisième conférence. Avant, Polytechnique, nous étions à L’ESSEC de Douala, puis à l'Institut Universitaire de la Côte. Bon nombre d’étudiants étaient vraiment enthousiasmés. Beaucoup avaient peut-être une vue défaitiste de l'entrepreneuriat et de l'après-école, mais ils se sont donnés pour objectif d'entreprendre et de partager d'avantage d'informations sur la plateforme.  

Quelles sont vos réalisations à ce jour?

Nous avons créé la plateforme www.icameup.com pour mettre en avant ces différents parcours. C'est une plateforme qui permet à chaque jeune de s'exprimer sur ses aspirations, son projet et une ressource. Des idées que nous pouvons transformer en source d'investissement. Aussi, avons-nous mis en place ce qu'on appelle la « I Came-up Scholarship Award. La première édition a eu lieu en septembre dernier. Il était question de dire à chacun des étudiants, en quoi la formation scolaire de l'année qui devait arriver pourrait contribuer au succès de son projet entrepreneurial. Généralement, on a pour habitude d'aller en cours pour valider une matière, ou  obtenir un diplôme, mais on n'arrive pas à capitaliser complètement sur cet investissement réalisé. Le but c'est de se rendre compte, dès maintenant, qu'en faisant, peut-être dans le cadre de polytechnique, des cours du génie civil ou du génie industriel, les différents cours qui seraient dispensés, en quoi ces cours vont m'aider au succès de mon projet entrepreneurial ou au succès de ma vision future.  Autre action, c'est cette tournée universitaire, qui a pour but d'aller auprès des étudiants pour se dire peut-être qu'on peut être défaitiste, mais il ne faudrait pas. On a des compétences et des atouts, il faudrait juste qu'on passe à l'action et qu'on se rende compte de notre potentiel et qu'on crée des richesses. C'est pour ça qu'on a tenu à faire cet échange avec des entrepreneurs jeunes camerounais qui ont également passé ces difficultés, qui ont eu à avoir un rêve, une vision et ont pris les actions nécessaires pour pouvoir créer leurs entreprises.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie