Présidentielle nigériane: la campagne va se poursuivre

Malgré la suspension officielle de la campagne, les états-majors cherchent la meilleure stratégie pour occuper le terrain jusqu’à samedi prochain.

Lundi matin, le 40 Blantyre Street au quarter Wuse II avait l’air d’une ruche. Le lieu, d’après des témoins, n’avait pas connu une telle animation depuis de longs mois. Le siège du All Progressives Congress (APC) a ainsi abrité un caucus extraordinaire qui a regroupé tous les ténors de cette formation politique. Le candidat du parti à la présidentielle, Muhammadu Buhari et celui à la vice-présidence,

Yemi Osinbajo étaient éga lement présents. Pour accéder au site, il fallait montrer patte blanche pour des travaux à huis clos qui ont duré jusqu’au milieu de l’après-midi. Mais avant même le début des travaux Adams Oshiomole, le Chairman de l’APC, avait annoncé la couleur : « Nous devons trouver les réponses appropriées pour répondre aux insuffisances de l’INEC », a-t-il déclaré. L’un des points essentiels de la nouvelle stratégie du parti est de trouver la bonne formule pour maintenir la mobilisation des électeurs.

Pour le parti du président-candidat, il n’est pas question de suspendre la cam pagne. «La loi dit que la campagne s’achève 24 heures avant l’élection. Nous considérons que c’est jeudi à minuit que la campagne s’achève. Si nous n’occupons pas le terrain, les électeurs vont oublier nos messages», tempête le Chairman de l’APC.

Pour le People’s Democratic Party (PDP) du candidat Atiku Abubakar, l’on clame également que la campagne va se poursuivre malgré la décision de la Commission nationale électorale –INEC- de la suspendre. Dimanche, les ténors du parti se sont réunis à Abuja pour définir le nouveau message à adresser aux militants du parti. Ce message est simple : il ne faut pas céder à la provocation et il faut rester mobilisé.

D’après un des porte-parole du parti, Osita Chidoka, «il y a une volonté du gouvernement de distraire les Nigérians. Nos militants doivent rester vigilants et prêts à aller voter samedi prochain». Le PDP est par ailleurs très remonté contre l’INEC qui non content d’avoir unilatéralement reporté l’élection, se permet de suspendre la campagne. «Pendant ce temps, que fera-t-on ?», s’interroge Osita Chidoka.

« INEC ne peut pas aller contre la loi qui dit que la campagne s’arrête 24 heures avant le scrutin», ajoute-t-il. Face à la fronde des partis et notamment des deux principaux APC et PDP, la Commission électorale s’est réunie en urgence lundi pour décider si oui ou non, les candidats pouvaient poursuivre la campagne cette semaine.

Au moment où nous mettions sous presse, aucune décision officielle sur cette question n’était connue. Toujours est-il que sur les antennes des principaux médias et notamment de la Nigerian Television Authorithy (NTA) des messages de propagande en faveur de certains candidats ont continué à être diffusés.

Par ailleurs, les partis politiques mettent la pression sur l’INEC pour faire le point chacun jour sur les préparatifs du scrutin de samedi. Pour les partis politiques, la société civile et l’ensemble des Nigérians, un nouveau report serait une véritable catastrophe avec de graves conséquences pour la stabilité du pays

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category