Histoire: l’ère allemande revisitée

Un colloque international s’est ouvert mercredi à Yaoundé pour commémorer le centenaire du départ des Allemands du Kamerun en 1916.

Il y avait comme un parfum de nostalgie mercredi à l’amphi 700 de l’université de Yaoundé I. C’était au cours de la cérémonie d’ouverture du colloque international sur le centenaire du départ des Allemands du Kamerun en 1916, suite à leur défaite militaire face aux forces coalisées françaises, anglaises et belges pendant la Première guerre mondiale. Le thème de cette rencontre scientifique placée sous le haut parrainage du président Paul Biya s’y prêtait à merveille : « Il y a cent ans, les Allemands quittaient le Kamerun. Histoire d’une rupture-continuité (1916-2016) ».                                                                                                L’honneur est revenu au secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, le Pr Ngomo Horace Manga, d’ouvrir les travaux, au nom du ministre empêché. Avant lui,                                                                                                              l’auditoire a écouté trois discours. L’allocution de bienvenue du Pr Daniel Abwa, président du comité d’organisation et président de la Société camerounaise d’histoire (SCH), qui organise ce colloque de trois jours en collaboration avec le département d’études germaniques de l’université de Yaoundé I. Ensuite, le discours du Pr Emmanuel Tonyé, représentant du recteur de l’université-hôte, qui a souligné qu’en 32 ans (1884-1916), l’Allemagne a posé les bases d’un Cameroun fort et prospère dont l’héritage perdure. Quant à Lars Gerrit Leymann, chargé d’affaires à l’ambassade de la République fédérale d’Allemagne à Yaoundé, il a indiqué l’importance du partenariat entre les deux pays. Révélant que l’année dernière, plus de 7 000 étudiants camerounais étaient inscrits dans les universités allemandes, le plus grand groupe d’étudiants africains en Allemagne. Il a également déclaré que l’exploitation des colonies a été critiquée, même si le système colonial allemand a laissé une empreinte positive, en termes de ponts, de  routes et de bâtiments publics construits.                                                                     Le deuxième temps fort de la cérémonie d’ouverture a été marqué par les exposés inauguraux. Le premier a été prononcé par le Pr Daniel Abwa sur le thème : « Cameroun-Allemagne : de l’adversité à la sympathie ». Le Pr David Simo, chef du département d’études germaniques à l’université de Yaoundé I,  a signé le deuxième exposé sur « L’Allemagne post-coloniale ». Après la pause, les séances plénières ont pris le relais.                                                                       Ce jeudi, les travaux se poursuivent en ateliers à l’Ecole nationale supérieure polytechnique. 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie