« Notre opération est soutenue au Fespaco »

Olga Tiyon, coordinatrice de production de « 7 jours pour 1 film », pour le compte d’Acajou Productions à Paris.

Pour les 50 ans du Fespaco, le projet « 7 jours pour 1 film » met l’accent sur des jeunes femmes réalisatrices. Comment s’est déroulée leur sélection ici au Burkina Faso ?

Un appel à projets a été lancé en fin décembre sur nos plateformes digitales et dans les principales écoles d’art, de cinéma et de communication du Burkina Faso. 13 lauréates finalistes ont été retenues par le jury et ont suivi un atelier de sept jours à l’Institut supérieur du son et de l’image (Isis-SE) de Ouagadougou sur la réécriture du scénario et l’appropriation des outils liés à la constitution d’une équipe technique et artistique autour d’un film. Cet atelier gratuit était encadré par Pascal Judelewicz, Arice Siapi et André Ceuterick, les trois co-fondateurs de « 7 jours pour 1 film ». Ils étaient assistés de Philippe Radoux, directeur photo et Fabienne Bichet, directrice internationale de casting. Au terme de l’atelier, les lauréates finalistes ont été invitées à réécrire une version améliorée de leur scénario et c’est « Mes voisins » de Delphine Delwendé Kabore, 20 ans, étudiante en cinéma qui a gagné.

Une fois le scénario gagnant choisi, quel accompagnement apportez-vous à la lauréate pendant et après le Fespaco ?

Une fois le scénario sélectionné, la lauréate a sept jours pour préparer, réaliser et diffuser le film. C’est la gagnante elle-même qui coordonne toute la chaîne de production de son film et toutes les finalistes sont mobilisées autour de la réalisation du film à différents postes. L’équipe de « 7 jours pour 1 film » apporte juste son expertise et son accompagnement technique. Le scénario de Delphine Kaboré a été désigné le 22 février. Le film est entré en préparation les 23 et 24, on l’a tourné les 25 et 26, monté les 27 et 28 et là on le diffuse ce 1er mars à la soirée de remise du prix Thomas Sankara de la Guilde africaine des réalisateurs et producteurs, qui a également accepté de nous accompagner. Tout comme le concept « L’Afrique au féminin » de Canal + qui soutient les initiatives féminines du cinéma et de l’audiovisuel africains. Après le Fespaco, le film « Mes voisins » sera largement diffusé à travers le monde (salles, festivals, télévision) et toutes les retombées financières seront reversées à la gagnante et à son équipe.

Hormis le Fespaco, quelles sont les activités et perspectives de votre projet ?

« 7 jours pour 1 film » est une opération de découverte, de formation et de promotion du travail des jeunes cinéastes particulièrement en Afrique. Ces trois piliers permettent d’assurer une continuité dans nos activités, car notre spécificité est d’englober toute la chaîne de fabrication d’un film. Nous exprimons notre gratitude au Fespaco qui a permis et soutenu la matérialisation de cette opération au Burkina Faso. Et nous sommes d’ores et déjà tournés vers tous les autres pays et festivals qui souhaitent accueillir ce concept, qui, il faut le rappeler, a déjà été déployé dans ses précédentes éditions au Cameroun et au Sénégal.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category