Fenac : le cinéma en bonne place

Plusieurs points de la ville ont été choisis pour la projection des films à l’occasion du festival.

« Little lie, little kill» c’est le film qui a ouvert le bal des projections à la salle Sita Bella mardi dernier, à l’occasion du Festival national des Arts et de la culture (Fenac). Le long métrage est une histoire de trahison entre deux amies de Ivan Namme dévoile la vie de Charlène Epoté et Nina, deux étudiantes de l’université de Buea. Prête à tout pour réussir, Nina est une jeune fille ambitieuse, contrairement à, Charlène une fille pieuse, timide. Et c’est sur elle que le délégué régional de la communication de la localité va jeter son dévolu. Ceci, malgré les avances de Nina, le délégué a insisté pour épouser  Charlène. Une terrible rivalité survient alors entre les deux jeunes femmes. En plus de ce film, d’autres projections ont eu lieu à Sita Bella : « Silent road », de Jonas Bisong, et « Quartier Mozart » de Jean Pierre Bekolo.
Le Fenac, côté films a démarré timidement. Pour le premier rendez-vous de la projection cinématographique, le public n’a pas répondu présent. A  peine une dizaine de spectateurs. Pour éviter cela, la direction de la cinématographie et des productions audiovisuelles (Dcpa) et la sous-commission cinématographique a mis les petits plats dans les grands pour atteindre un grand public. Ainsi, l’équipe s’est déportée dans les quartiers. Les projections ont alors commencé au quartier Mvog-Ada où les spectateurs ont eu le privilège de regarder les courts métrages : « Point de vue » de Léa Malle et « Carte d’identité » de Gérard Essomba. Hier, c’est au quartier Mimboman au lieu dit Don Bosco que la caravane cinématographique s’est déployée. Les cinéphiles ont vu « Paris à tout prix »  de Joséphine Ndanou  et « Damaru » d’Agbor Obed Agbor. Tandis que ceux de Sita Bella ont eu droit à la projection de quatre courts métrages. « Première fois » de Gerald Désiré Nguele, « Walls » de Narcisse Wandji, « Decored » de Brenda Elung, « Fakeh » de Achille Brige. Ce jour, c’est au quartier Biyem-Assi que la caravane va se déporter. Avec au programme, « Immersion » de Frank Olivier Ndema et « Ninah’s Dowry » de Victor Viyuoh.    
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie