Ordre national des médecins:Guy Sandjon rempile

Le président sortant a été reconduit pour un quatrième mandat de trois ans au terme de l’assemblée générale élective tenue le 22 mars à Yaoundé.

Unique candidat à sa propre succession, Dr Guy Sandjon a obtenu la majorité des voix. Des 432 votants, 315 lui ont accordé leur confiance, tandis que 117 se sont abstenus. Dr Guy Sandjon a donc été reconduit avec 73% des voix au poste du président de l’Ordre national des médecins du Cameroun (Onmc) pour une période de trois ans. C’était au cours de l’Aassemblée générale élective de l’Onmc tenue le 22 mars dernier à Yaoundé sous la présidence du ministre de la Santé publique, représenté par son secrétaire général, Sinatha Koulla Shiro. Ces assises avaient pour fil conducteur le renouvellement du bureau exécutif de l’ordre qui a en effet connu une régénération de 60% de ses membres.

Alors que Dr Guy Sandjon brigue un quatrième mandat, le Pr. Tetanye Ekoe, quant à lui, renonce à sa place de vice-président au profit du Pr. Gloria Ashutantang qui devient ainsi la toute première femme à occuper ce poste. Le secrétariat général est désormais tenu par le Dr Gervais Gabriel Atedjoe. La trésorerie revient au Dr Félicité Djimegne Kamdem. Le poste de commissaire aux comptes est conservé par le Dr Henriette Meilo.

Les premiers mots du président réélu se sont résumés à un sentiment de gratitude vis-à-vis de ses camarades ayant quitté le bureau. « Ils m’ont accompagné pendant plus de dix ans en toute loyauté. Je tiens à les remercier avec un pincement au coeur », souligne Dr Guy Sandjon, qui a aussitôt établi l’échelle de ses priorités. Avec en droite ligne l’assainissement du secteur envahi par des brebis galeuses. Il s’agira pour la nouvelle équipe d’accompagner le ministère de tutelle dans la bataille contre l’exercice illégal de la médecine au Cameroun.

« C’est alarmant. Il y a presque autant de formations sanitaires légales au Cameroun que de formations illégales. Nous sommes les gendarmes de la profession sur le plan éthique. Il sera donc question d’améliorer la qualité de la pratique de la médecine. Car nul ne peut exercer la médecine sans être inscrit à l’Ordre. Cette pratique illégale est dangereuse parce qu’elle entraîne de faux gestes et des morts. La médecine a une formation et des spécialités bien précises pour pouvoir prendre en charge la santé », a indiqué le président de l’Onmc. Les réformes ne seront pas en marge de ce nouveau mandat. Le président réélu a promis de tendre la main à la jeune génération.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category