Artisanat : les acteurs exhortés à être compétitifs

Le ministre Achille Bassilekin III a visité le centre artisanal de Tsinga hier.

C’est un message d’espoir qu’a délivré Achille Bassilekin III, ministre des Petites et moyennes Entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), aux artisans du Centre artisanal de Tsinga à Yaoundé hier. Dès l’entame de son propos, le ministre s’est voulu rassurant. « Vous n’êtes pas orphelins. Cessez de penser que vous l’êtes », a-t-il répondu à Salifou Pouamoun, président du Centre artisanal de Tsinga, qui venait de dresser la liste de leurs doléances.

Parmi celles-ci, les tracasseries douanières liées à l’exportation de leurs produits et l’insuffisance des boutiques. « Le centre de Tsinga compte 30 boutiques pour 300 artisans répertoriés », a déclaré le président dudit Centre. En réponse à la première doléance, le ministre s’est voulu rassurant : « Nous avons eu vent de cette difficulté, et nous avons pris attache avec les services de douanes et celui des eaux et forêts, pour voir dans quelle mesure faciliter l’exportation de vos œuvres ».

Pour la deuxième, Achille Bassilekin annonce la reprise incessante des travaux de construction du Centre international de l’Artisanat de Yaoundé (Ciay), et donc, l’ouverture prochaine de nouvelles boutiques. Mais très vite, il rappelle aux artisans que seuls les meilleurs y seront admis. « Ce centre étant international, il est la vitrine de l’art camerounais ». D’où l’exhortation à un esprit de compétitivité.

Venu « toucher du doigt la créativité des artisans de Tsinga » comme il l’a lui-même déclaré, le ministre a parcouru pendant près d’une heure toutes les trente boutiques qui accueillent chacune trois ou quatre artisans.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category