Fonction publique: les chantiers prioritaires de 2019

Le ministre Joseph LE les a déroulés lors d’un point de presse le 12 avril dernier à Douala.

La salle de conférences André Siaka du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) à Douala a accueilli le premier point de presse de l’année 2019 du ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph LE vendredi dernier. Cette rencontre avec les médias et les usagers s’est tenue en présence du secrétaire exécutif du Gicam, Alain Blaise Batongue et du représentant du gouverneur, Njikam Aboubakar. Au cours de cet échange à coeur ouvert où des témoignages de satisfaction et des doléances des usagers ont été enregistrés, le ministre Joseph LE a saisi cette opportunité pour présenter les chantiers prioritaires au titre de l’exercice 2019.

• Rationalisation des recrutements

La veille de la rationalisation des recrutements à la fonction publique qui est une responsabilité du Minfopra a pour objectif de mettre à la disposition des administrations, des fonctionnaires et agents de l’Etat qui répondent aux critères susmentionnés et ayant une parfaite connaissance des enjeux du développement de notre pays. Le Minfofra a indiqué qu’il va s’atteler à renforcer les capacités des 259 063 agents publics actuels dont un peu plus de 40 000 en poste dans la région du Littoral. Des statistiques qui ne tiennent pas compte des effectifs des forces armées, de la police et du personnel judiciaire. Sur hautes instructions de la hiérarchie, le Minfopra a déjà entrepris la révision de plusieurs statuts des différents corps de métiers. Ceci dans la perspective de réduire les inégalités de traitement des agents publics et d’améliorer les conditions de leur traitement salarial ou indemnitaire. A ce sujet, des concertations se font à un haut niveau afin de garantir durablement leur contribution appuyée à l’émergence de l’économie camerounaise.

• Modernisation de l’administration camerounaise

Après l’interpellation de ce département ministériel par le chef de l’Etat dans son discours à la nation le 31 décembre 2018, le Minfopra va initier de nombreux projets à l’instar de celui de la dématérialisation des procédures administratives à travers l’utilisation des Nouvelles technologies de l’information et de la communication. Un projet qui sera conduit concurremment avec la relance du Sigipes II, qui, naissant sur les cendres du Sigipes I et Atilope aura pour vocation, dès sa mise en service de faciliter la gestion en application unique et fluide des ressources humaines et de la solde. La mise en production effective de cette modernité digitale facilitera l’élaboration d’autres projets à l’instar de l’introduction des normes de rendement dans l’administration camerounaise (Pinorac).

• La consolidation d’une Fonction publique de proximité

Avec l’amorce de la décentralisation verticale, qui se fera sous l’autorité du Premier ministre, chef du gouvernement, il sera question de transférer aux autorités administratives locales, une partie des compétences déjà transférées par le Minfopra et le Minfi aux ministères sectoriels dans le cadre de la déconcentration horizontale de la gestion des ressources humaines de l’Etat. L’objectif ici est la promotion de la gestion de proximité des agents publics. Ceci va leur épargner des déplacements sur Yaoundé pour suivre leur carrière ou le traitement de leur solde. Ceci permettra également aux usagers de se renseigner en temps réel. Il ne restera plus que d’amorcer le volet juridique pour envisager le traitement et la signature de certains actes de carrière en région. Il est aussi question d’améliorer davantage la qualité de l’accueil et du renseignement pour un plus grand rapprochement de l’administration avec les usagers. Pour y parvenir, il est envisagé de s’arrimer aux standards de qualité de service déjà définis par les partenaires que sont le Pnud et l’Anor. Ce sera à l’occasion de l’implémentation de la qualité du service rendu aux usagers.

• L’intensification de la communication

Sur instruction de la hiérarchie, le but visé est d’établir un dialogue véritable et d’édifier les usagers sur ce que fait le Minfopra. Compte tenu du calvaire des usagers qui viennent solliciter la certification de leurs actes de carrière ou sont obligés de fournir des pièces que l’administration est censée détenir, la réorganisation et la numérisation du fichier des personnels de l’Etat est apparue comme une urgence absolue. D’où la réhabilitation et la mise à jour du Fichier central du Minfopra dans le cadre de l’Initiative à résultats rapides (IRR). La digitalisation des archives n’est pas en reste. Le Minfopra envisage de créer un centre pour désengorger les locaux et conserver lesdites archives dans un cadre approprié. Par la même occasion, un fond documentaire pour l’administration publique sera mis sur pied. C’est par une visite du chantier de construction du bâtiment qui va abriter la nouvelle délégation régionale du Minfopra pour le Littoral que le ministre Joseph LE a mis un point final à sa visite dans la capitale économique.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category