FENAC: la fête a été belle

Le FENAC s’est achevé hier à Yaoundé, au cours d’une cérémonie présidée par le ministre des Arts et de la Culture.

Quatre seigneurs de la basse sur le podium, pour dire au revoir comme il se doit à cette 8e édition du Festival national des arts et de la Culture (FENAC). Aladji Touré, André Manga, Jean Dikoto Mandengue et Vicky Edimo ont ébloui de leur classe la cérémonie de clôture dimanche dernier au Musée national, village du festival. Les projecteurs s’éteignent alors sur une semaine intense d’activités et d’expressions de diverses disciplines artistiques, qui ont vu l’étalage de l’énergie et du talent de milliers de festivaliers issus des 10 régions du pays et des dizaines de participants de la diaspora. La clôture présidée par le ministre des Arts et de la Culture (MINAC), le Pr. Narcisse Mouelle Kombi, a une fois de plus offert l’opportunité de récompenser le mérite artistique, avec la remise des trophées et des prix spéciaux aux lauréats des différents concours et compétitions. « Je vais remercier tous ceux qui, de près ou de loin, ont œuvré d’une manière ou d’une autre à la bonne organisation de ce Festival qui aura été un lieu d’échanges et d’enrichissement », a souligné le Pr. Narcisse Mouelle Kombi.    

Le FENAC, organisé du 7 au 13 novembre dernier sous le haut patronage du chef de l’Etat, est rentré en gare, mais laisse des images et des souvenirs inoubliables à l’univers artistique. Cinéma, arts plastiques, théâtre, musique, entre autres, ont tenu en haleine de nombreux spectateurs. L’expression du patrimoine national à travers des danses, des chants, des contes, a permis de sortir de l’ombre des artistes seulement réputés dans leurs localités d’origine. Des débats, ateliers, master class ont donné lieu à la cohésion et au partage, entre les apprenants et leurs aînés. Le FENAC, c’est aussi des inédits. Une course de pirogue sur le lac municipal, ou encore une fantasia au stade de l’Université de Yaoundé I. Le village du festival, tous les soirs, a attiré des centaines de mélomanes à la faveur des concerts géants qui ont conduit sur scène des icônes comme Manu Dibango, et des pépites de la jeune génération telles que Kareyce Fotso, les Macase et bien d’autres.

La sensation du Festival, restera sans doute la remise des médailles à plus de 130 artistes. La reconnaissance de la République et de toute une nation, fière de sa culture. « La ville hôte du prochain FENAC sera connue dans les prochains jours », a déclaré le MINAC. Le Pr. Narcisse Mouelle Kombi appelle désormais de tous ses vœux, comme la grande majorité de la famille artistique d’ailleurs, une 9e édition, pour que ce retour du FENAC huit ans après, ne soit plus une longue et pénible attente.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie