Droits de l’Homme au Cameroun: on évalue les avancées

Mme Michelle Bachelet, Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme en visite officielle, a été reçue hier à l’aéroport international de Nsimalen par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute.

Le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Mme Michelle Bachelet a entamé hier une visite officielle de quatre jours au Cameroun, à l’invitation du gouvernement camerounais. Elle a été reçue à sa descente d’avion à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute. L’hôte du Cameroun, après son installation au salon officiel, a indiqué quelques axes de sa visite. En effet, il s’agira pour elle de s’entretenir avec les hautes autorités de l’Etat du Cameroun sur la situation sociopolitique qui prévaut dans notre pays, notamment dans les régions du Nord-Ouest et du Sud Ouest.

Ces échanges seront élargis aux parlementaires, à la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, au Comité national de désarmement, démobilisation et réintégration, aux leaders politiques, religieux et autres acteurs de la société civile. L’objectif de cette première visite officielle à Yaoundé, a-t-elle indiqué, étant d’évaluer les avancées du Cameroun en matière de respect des droits de l’Homme.

Michelle Bachelet a été nommée à ce poste le 10 août 2018, par le secrétaire général de l’Organisation des nations unies, António Guterres, après l’approbation de l’Assemblée générale. Mme Bachelet a achevé, en mars 2018, son second mandat de présidente du Chili, haute fonction qu’elle avait déjà assumée entre 2006 et 2010.

Elle a été en effet la première femme à être élue à la tête de l’État chilien. Après son premier mandat, elle est devenue en 2011 la première directrice exécutive de l’entité des Nations unies pour l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes (ONUFemmes). Championne confirmée des droits de l’homme au leadership novateur, Mme Bachelet est un médecin-pédiatre qui est entrée au gouvernement comme conseillère au ministère de la Santé, grimpant rapidement les échelons pour devenir la première femme à diriger ledit ministère en 2000 et celui de la défense en 2002.

Au début des années 70, elle était activiste des droits de l’homme, ce qui lui a valu à elle et à ses parents le statut de prisonniers politiques. Elle a également étudié la stratégie militaire à l’Académie chilienne de la stratégie et des politiques et à la « Inter-American Defense College » des ÉtatsUnis.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category