Obala: un élève-officier de police se donne la mort

C'était dans la nuit du 10 au 11 novembre dernier. Les tentatives de son épouse pour l'en dissuader se sont avérées vaines. 

Les premiers éléments de l'enquête suggèrent que les faits se sont déroulés un peu après 1heure du matin. Daïrou Ahidjo, élève-officier de police de deuxième grade et premier adjoint au Commissaire de sécurité publique d'Obala,  confie à son épouse qu'il ne souhaite plus exercer dans cette ville du département de la Lékié et laisse entendre que son vœu le plus immédiat est de retourner vivre chez lui à Ngaoundéré, dans la région de l' Adamaoua. Chose que son épouse dit avoir trouvé curieuse.
Une dispute s'ensuit, le ton monte, les insultes fusent et l'officier manifeste des signes de profonde exaspération. Face à la colère grandissante de son homme et au propos sur son désir d'en finir définitivement avec sa situation socio-professionnelle, dame Daïrou s'empresse de dissimuler l'arme de service du policier. Celui-ci réclame instamment la restitution de son outil de travail. Inquiète, l'épouse fait appel à son jeune beau-frère, étudiant à la faculté de médecine de l'Université de Yaoundé 1, question d'apaiser les tensions. Au terme de l’entretien avec son frère, Daïrou Ahidjo laisse croire que tout est rentré dans l'ordre. 
L'arme est finalement restituée à son propriétaire et une accalmie se fait sentir, au point où la maisonnée retourne dans les bras de morphée. C'est autour de 3heures que l'élève médecin, qui avait décidé de passer la nuit sur place, entend une détonation dans la chambre conjugale : le coup de feu fatal venait de partir. Transporté en catastrophe dans les services d'urgence de l'hôpital de district d'Obala, Daïrou Ahidjo rendra l'âme quelques minutes plus tard malgré les tentatives désespérées du personnel médical de  le maintenir en vie. 
La dépouille a été déposée à la morgue de l’hôpital central de Yaoundé. Il convient de relever que le quadragénaire officier de police Daïrou Ahidjo, qui était marié et père de deux enfants, avait été admis comme élève commissaire de police à l'école supérieure de police de Yaoundé. Sa sortie était prévue pour le 16 novembre prochain. Pour ses proches, cette perspective rend encore la tristesse plus profonde.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category