Route Douala-Bafoussam : l’offre de soins renforcée

La rénovation effective de l’hôpital de Mbanga apporte des solutions de prise en charge sur un axe accidentogène.

L’hôpital de district de Mbanga, dans le département du Moungo, à une cinquantaine de kilomètres de Douala, affiche désormais un visage neuf. La maternité et le bloc opératoire de la formation sanitaire ont été rénovés, un forage d’eau potable a été construit et le plateau technique a été relevé grâce à un don d’équipement et de consommables médicaux. C’est le fruit du partenariat signé le 25 juillet 2018 entre l’Ordre national des médecins du Cameroun (Onmc) et la Société des eaux minérales du Cameroun (Semc), filiale du groupe Sabc (Société anonyme des Brasseries du Cameroun).

Des responsables des deux structures étaient à Mbanga le 8 mai 2019, pour la rétrocession des locaux de l’établissement hospitalier à l’Etat. Un Etat représenté par Armstrong Voh Buikame, sous-préfet de Mbanga, qui a souligné : « Cette initiative est une illustration de tout ce que nous attendons dans ce partenariat public-privé. Elle apporte tout que le gouvernement de la République souhaite pour l’amélioration des conditions de vie de la population. »

Une population qui n’est pas seulement celle de l’arrondissement, l’hôpital étant situé sur la nationale N°5, un des axes les plus accidentogènes du pays, comme l’a rappelé le Dr Guy Sandjon, président de l’Onmc : « Il y a beaucoup de morts sur cet axe. Et l’hôpital de Mbanga reçoit beaucoup de blessés et a besoin de prendre rapidement en charge ces patients.» Egalement, la formation sanitaire participe à répondre aux besoins en infrastructures sociales de base dans cette ville-refuge, qui accueille des milliers de déplacés internes.

Le directeur général de la Sabc, Emmanuel de Tailly, évoquera d’ailleurs la situation sécuritaire que connaît le Cameroun, particulièrement la région du Sud-Ouest voisine, comme l’un des justificatifs pour son groupe à un « engagement citoyen aux côtés de l’Etat et de l’Onmc pour améliorer la prise en charge et créer les conditions d’une prompte guérison des malades qui arrivent à l’hôpital de Mbanga. »

Un hôpital dont les chiffres sont donnés par le Dr Emmanuel Balep, médecin-chef : 1217 patients reçus en moyenne par mois ; une moyenne de cinq jours d’hospitalisation par an ; 58 personnels « qui travaillent dans un dénuement matériel quasi total ». Un personnel dont le sous-préfet attend un comportement civique et exemplaire : pas de matériel dérobé ou destiné à d’autres fins que celles de la prise en charge des patients de l’hôpital de district de Mbanga.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category