Archives nationales : le coup de neuf

Le lancement officiel de la réhabilitation des bâtiments de Yaoundé et de l’annexe de Buea s’est déroulé lundi en présence du ministre des Arts et de la Culture.

Un vent de fraîcheur s’impose aux Archives nationales. Depuis 1984, cet important département des Arts et de la Culture sombre dans un état de précarité, présentant des bâtiments vétustes et non dédiés à l’archivage. Ceci avec pour corollaires, l’accumulation anarchique des documents dans de mauvaises conditions de conservation, la santé du personnel et le manque de communication sur les archives auprès des usagers. D’où l’intérêt de réhabiliter cette institution de souveraineté, banque de l’information de l’Etat. Dans l’optique d’assurer justement la préservation et la sécurisation pérenne de la documentation du pays, un plan de sauvetage avait été engagé par l’Etat en 2016. Lundi dernier, au lieu emblématique des Archives nationales de Yaoundé, le ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt, a procédé au lancement officiel des travaux de réhabilitation et d’extension des bâtiments abritant lesdits archives dans la capitale et son annexe de Buea. Y prenaient part, les responsables de la China Machinery Engineering Corporation (CMEC), adjudicataire des travaux et les Bureaux d’études BATI-Concept Plus Sart et Ama Consultants, chargés respectivement des maîtrises d’œuvre à Yaoundé et à Buea. 
Les travaux vont s’étaler sur une période de 16 mois  pour un coût total de plus de 5 milliards de F tout en occupant une superficie de 10 000 mètres linéaires à Yaoundé et 6 000 à Buea. « Les travaux de réhabilitation et d’extension des bâtiments abritant les Archives nationales à Yaoundé et à Buea sont constitués de six composantes dont la principale adresse de manière spécifique la réhabilitation des bâtiments existants et la construction du bâtiment siège digne de notre pays et des annexes dans toutes les dix régions du Cameroun », a fait savoir le Minac.
Une présentation de l’étude par le cabinet d’architecture aura permis de s’apercevoir que tout a été pensé en tenant compte des normes et standards internationaux en matière de bâtiments d’archives, « il s’agira de requalifier des bâtiments non dédiés à l’archivage parce qu’elles auront pour finalité la protection et la sécurisation des documents. Il sera également question de protéger le personnel des composantes chimiques émanant des supports de conservation impropres pour la santé et d’établir un cadre agréable à la communication des informations au grand public, sans oublier les espaces d’animation 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category