Musique: Ruben Binam en modepanafrican groove

Le pianiste s’est produit avec le Kemit 7, sa dernière trouvaille musicale, vendredi 7 juin 2019 à l’Institut français de Yaoundé.

Ruben Binam reste un féru de la culture des bands. Il l’a encore démontré vendredi 7 juin 2019 à la salle des spectacles de l’Institut français de Yaoundé. Au public qui n’a pas boudé le rendez-vous, le pianiste a présenté sa plus récente expérience musicale : le Kemit 7. Un groupe au sein duquel il assure le rôle de leader-formateur. Dans ce rendez-vous ponctuel du donner et du recevoir, il a surtout été question du panafrican groove. A la fois un état d’esprit et concept musical qui s’inspire de l’univers des musiques de la vallée des pharaons, des caraïbes et de l’Afrique. Démontrer et illustrer l’africanité de la musique contemporaine.

« Le spectacle était alléchant. On vient d’assister à quelque chose de fabuleux avec les anciennes musiques qui nous ont été servies. S’il fallait recommencer, je n’hésiterais pas », témoigne un spectateur. Panafrican groove s’inspire de ce qui a existé hier, de ce qui existe aujourd’hui et de ce qui existera demain. A juste titre le public a été baladé à travers medley et séquences riches dans des colorations sonores revisitant à certains moments l’anthologie de la musique africaine. Notamment à travers quelques saveurs d’afrobeat, de high life, de l’atemporel « Pata Pata » à la sauce nu afro soul ou encore Nzinzi de King Kester Emeneya. Sans oublier « Waka juju » de Manu Dibango. Véritable moment de partage, le public a surtout apprécié cette quête initiatique à l’essence et au legs de l’Afrique à l’humanité.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category