Barrage de Memve’ele: EDC assure la gestion

Ce transfert de compétences qui devrait entrer en vigueur dans les prochains jours traduit la volonté du gouvernement de mieux gérer le secteur de l’électricité au Cameroun.

Le projet Memve’ele intègre le patrimoine de la société Electricity Development Corporation (EDC). L’information circule depuis quelque temps sur la toile. D’ailleurs une intense activité autour de cette mutation s’est déroulée au ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee) la semaine dernière. Ainsi, entre lundi et vendredi derniers, se sont déroulées des réunions pour l’élaboration de la note de cadrage méthodologique assortie d’un plan d’action pour l’insertion du projet dans le portefeuille d’EDC. Il était, entre autres, question pour les acteurs de s’approprier les aspects juridiques, institutionnels, techniques, financiers et comptables mais aussi de tabler sur les conséquences sociales de cette absorption.

L’unité de coordination du projet d’aménagement hydroélectrique de Memve’ele devait être transformée en producteur indépendant d’électricité. Cette perspective n’a pas connu de suite. C’est le gestionnaire du patrimoine public dans le secteur de l’électricité qui va devoir prendre la relève. En clair, EDC va se charger de revendre l’énergie du barrage hydroélectrique (211 MW) à Eneo, structure chargée de la distribution de l’énergie électrique au Cameroun. « L’insertion du barrage de Memve’ele à EDC qui est une société de patrimoine traduit la volonté du gouvernement de faire en sorte qu’on ne se retrouve pas avec une multitude de sociétés publiques dans le secteur de l’électricité. Il est également question d’éviter la dispersion d’énergie », explique une source à EDC. Et de poursuivre : « désormais, EDC est véritablement dans son rôle de gestionnaire du patrimoine de l’Etat dans le secteur énergétique. C’est d’ailleurs à ce titre qu’Eneo a transféré à EDC depuis bientôt trois ans la gestion de l’ensemble des barrages réservoirs du pays ». Le défi est aussi, renseigne-t-on, de porter progressivement la production du barrage à 211 MW, qui est sa puissance installée. Aujourd’hui, c’est environ 80 MW qui sont injectés dans le Réseau interconnecté Sud… L’avenir du personnel est aussi un point qui va subir quelques modifications suite à la gestion par EDC. « Le personnel avait une mission précise et des contrats à durée déterminée. Sous la houlette du Minee, des concertations vont permettre de voir comment intégrer à EDC une partie du personnel de l’unité Memve’ele », poursuit notre source. Par ailleurs, la société EDC, pour devenir un producteur indépendant d’électricité et ainsi revendre l’énergie de Memve’ele et Lom Pangar, va devoir solliciter une licence auprès de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (ARSEL). C’est le 16 avril dernier que la mise sous tension du barrage hydroélectrique de Memve’ele reliée au Réseau interconnecté Sud (RIS) a été matérialisée. Ce sont 80 MW sur les 211 produits par le barrage qui sont pour le moment exploités grâce à une ligne de 90 KV qui va d’Ebolowa à Mbalmayo

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category