Bruits de CAN : quelle image !

Les Lions Indomptables, l’équipe fanion de football du Cameroun, ont finalement rallié la ville égyptienne d’Ismaïlia où ils doivent disputer les matches du premier tour de la 32e CAN Total 2019. Mais avant leur départ, le sempiternel problème de primes a volé la vedette à leur traditionnelle cérémonie d’au revoir au public de la capitale. L’on a appris par médias interposés que les négociations entre les joueurs et la Fecafoot, avec comme médiateur le ministre des Sports et de l’Education physique, ont achoppé de 14 h le jeudi, 20 juin au petit matin du vendredi 21 juin 2019 avec des phases de rebondissements. Ces échanges fortement médiatisés (par les Réseaux sociaux) ont donné du grain à moudre à certains médias internationaux dont le Cameroun et son équipe nationale de football constituent « un bon client ». 
Si cette énième polémique sur les primes des joueurs de l’équipe enfle, c’est parce qu’il s’agit avant tout de l’équipe fanion de football de notre pays. Les Lions vont à cette CAN auréolés de leur statut de champions en titre. Rien que pour ces raisons, l’on pouvait bien faire l’économie d’un tintamarre autour de leurs primes. 
Pour mettre fin à ce genre de scénario qui n’honore pas l’image des équipes nationales de football, le chef de l’Etat a pourtant pris soin de règlementer et d’encadrer l’allocation des primes aux joueurs et à leurs encadreurs techniques. Le décret du 26 septembre 2014 portant organisation et fonctionnement des sélections nationales de football  précise notamment que  le montant des diverses primes dues aux joueurs et encadreurs est arrêté six mois avant (pour la coupe du monde), trois mois avant (pour la CAN et les Jeux olympiques), deux mois avant (pour les autres compétitions officielles), un mois avant (tout match de qualification) et 15 jours avant tout match amical. Cette même disposition ajoute que ce montant doit être communiqué aux encadreurs et joueurs par la Fecafoot. Autre détail et non des moindres : la prime  d’égale valeur est servie à tous les joueurs et ne fait l’objet d’aucune négociation,  ni d’aucun recours.
Il y a là visiblement un problème de communication entre les joueurs et la Fecafoot. Les joueurs ont-ils été informés suffisamment à temps sur leurs primes ? Ont-ils voulu négocier le montant de ces primes alors que le décret sus-mentionné l’interdit ? Vivement que le bon sens et le sérieux reviennent pour que nos sélections nationales de football soient épargnées des faits divers qui entachent régulièrement leurs préparatifs pour les compétitions internationales.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category