Parlement : dense session de juin

Le deuxième rendez-vous parlementaire ordinaire de l’année s’est achevé mardi avec en grande première, l’inauguration du débat d’orientation budgétaire.

Le point majeur de la session ordinaire de juin qui s’est achevée mardi aura été le débat d’orientation budgétaire. Un grand oral avant la lettre, pour le ministre des Finances (Minfi) devant les sénateurs et les députés. Pour ces parlementaires, il s’est agi d’un « rendez-vous historique », obéissant aux dispositions de la loi du 11 juillet 2018 portant régime financier de l’Etat. Cette occasion a permis au Minfi, Louis Paul Motaze, de présenter aux élus « le profil de la loi de finances 2020 ». Le débat d’orientation budgétaire ainsi inauguré est un exercice en amont dans le cadre de la préparation du budget. Il constitue un échange sans vote entre le Parlement et le gouvernement sur le futur budget. 
L’on peut aussi greffer à ce bilan, une importante activité de légifération, conformément aux attributions constitutionnelles des parlementaires. Ainsi, ce sont sept projets de loi adoptés par les députés – dont le moindre n’était pas celui portant prorogation de leur mandat- et six par les sénateurs. Les parlementaires ont notamment examiné le texte portant création, organisation et fonctionnement de la Commission nationale des droits de l’Homme du Cameroun. Ils se sont aussi penchés sur le projet de loi autorisant le président de la République à ratifier l’Accord portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine, ou sur celui portant cadre général de sûreté radiologique et nucléaire, de sécurité nucléaire, de responsabilité civile et de l’application des garanties, entre autres.
L’autre pan de l’activité parlementaire concernait le contrôle de l’action gouvernementale. Ce, précisément à travers les questions orales. Quatre séances enregistrées à l’Assemblée nationale, tandis que les sénateurs ont sollicité les membres du gouvernement deux fois. Globalement, les élus, portant les préoccupations et aspirations des populations, ont évoqué des sujets liés aux moyens de déplacement urbain et interurbain, à la qualité des soins de santé, aux infrastructures routières ou à l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations en 2021 par le Cameroun. Une intense activité des réseaux parlementaires aura également permis de sensibiliser les jeunes sur des fléaux comme la consommation de la drogue. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category