Site de Bimbia : une reconnaissance s’impose

Le Pr. Lisa Aubrey, chercheuse américaine sur le sujet a été reçue hier en audience par le ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt.

Le Pr. Lisa Aubrey était l’hôte du ministre des Arts et de la Culture (Minac), Bidoung Mkpatt. La rencontre qui s’est effectuée hier dans le cabinet du ministre rentrait dans le cadre des travaux de recherche de cette spécialiste américaine d’études africaines, afro-américaines et de sciences politiques sur la traite négrière transatlantique en Afrique centrale et plus précisément dans la localité de Bimbia, région du SudOuest. Des travaux qui ont permis la connaissance de ce site sur la scène internationale. Le ministère des Arts et de la Culture ayant mis sur pied le projet d’inscription du site de Bimbia sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité, les travaux de recherche de l’ex-conseillère de Barack Obama sur le racisme constituent déjà une contribution importante à l’avancée dudit projet. D’ailleurs son ouvrage intitulé : « In Search of Bimbia, Transatlantic Slavery and African Diasporan Rememory in Cameroun », parle en substance de l’esclavage transatlantique et de la mémoire de la diaspora africaine en Amérique. Pour le Minac, il ne fait aucun doute que le Pr. Aubrey a œuvré pour que la documentation existante sur la pratique de Bimbia soit vulgarisée. « Vos travaux de recherche pour la restitution d’une vérité historique vous ont valu à travers le monde et au Cameroun la reconnaissance scientifique et la distinction honorifique de Chevalier de l’Ordre de la valeur par le président de la République », a confié le ministre Bidoung Mkpatt. Pour l’hôte de marque du ministre, ces
travaux n’ont été réalisés que grâce au soutien du gouvernement. « Nos recherches nous ont démontré que plus de 200 navires ont quitté le Cameroun depuis Bimbia. Des
milliers de femmes, d’hommes et d’enfants sont partis de ce port notamment vers les Etats-Unis. C’est beaucoup plus que les Africains qui sont partis de l’île de Gorée au Sé
nagal », assure la chercheuse. Son rêve est celui de faire de Bimbia un lieu de pèlerinage qui accueille des milliers de touristes en quête d’histoire et de découvertes. L’objectif
est également d’en faire un site incontournable à l’exemple de l’île de Gorée, où se sont rendus de prestigieux visiteurs comme l’ancien président Barack Obama.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category